Rechercher

David Blough« Il faudrait peut-être avoir une approche plus féministe de l’EPS. »

Kids
En avril dernier, le Think Tank « VersLeHaut » publiait une étude sur « Le sport terrain d’éducation » visant à mieux exploiter les pratiques sportives dans le domaine éducatif, à l’école et en dehors. Alors, qu’en est-il des jeunes filles, sont-elles suffisamment prises en compte sur les terrains ? Le rapporteur de l’étude, David Blough, a planché sur le sujet.

Par Timéo Gomes

Publié le 11 juin 2024 à 18h16

Vous êtes le rapporteur de l’étude « Le sport terrain d’éducation » publiée par le Think Tank « VersLeHaut » dédié aux jeunes et à l’éducation. Qu’est-ce qui vous a amené à piloter cette étude ?

J’ai toujours travaillé dans le secteur de l’éducation, du développement de l’humanitaire et donc de l’économie sociale et depuis une petite quinzaine d’années, de manière plus spécifique, sur les enjeux liés au sport.

D’abord au travers de Play International, premier dispositif international dédié à l’innovation sociale par le sport, dont j’ai été le directeur général pendant huit ans. Puis, davantage en électron libre ces trois dernières années : je continue en effet d’agir sur ces questions de sport et d’éducation, sport et inclusion, mais sur différents projets. Ce qui m’ amène à collaborer avec d’autres organisations, dont VersLeHaut, qui cherchait un expert pour travailler sur ces questions d’éducation et de pratiques sportives.

David Blough…©Géraldine Aresteanu

De quoi traite cette étude et pourquoi s’être attaqué à ce sujet ?

L’étude part du constat de la sous-exploitation des pratiques sportives dans le domaine éducatif, que ce soit à l’école ou en dehors. En fait, on sous-utilise les potentialités des pratiques sportives. L’étude consiste à essayer de comprendre pourquoi, de faire une sorte d’état des lieux de la situation, pour justement proposer des pistes qui permettent de repenser l’éducation au travers des pratiques sportives à l’école, dans les clubs et dans les associations socio-sportives.

Le sport comme vecteur d’éducation donc, mais est-ce que ce n’est pas encore plus difficile d’établir ce lien entre les deux lorsqu’il s’agit de jeunes filles ?

Le sport moderne a été développé par des hommes, pour des hommes. Toute l’histoire de la pratique sportive chez les femmes est une lutte pour cesser de souffrir de stéréotypes ou de violences, et on voit, malgré tout, que ces stéréotypes continuent d’exister. C’est le cas dans des fédérations, dans le cadre de l’école et de l’EPS, où il y a une pratique moindre de la part des filles.

Un exemple qui est assez frappant c’est que, dans les lycées professionnels, le taux de dispense pour le sport chez les filles est bien plus important qu’ailleurs et cela montre qu’on a une forme d’inégalité qu’on retrouve également dans les cours de récré, et ça, c’est avéré.

Les espaces sont occupés principalement par les jeunes garçons, d’où cette idée de design actif, de repenser comment les cours de récréation sont organisées, pour qu’il y ait d’avantage d’égalité entre les garçons et les filles.

©Pexels

L’étude mentionne que les disciplines plébiscitées par les garçons sont plus accessibles que celles plébiscitées par les filles. Pouvez-vous nous en dire plus là-dessus ?

Il y a des études qui montrent que même quand les filles sont volontaires, les créneaux qui sont réservés à leurs pratiques sont moins fréquents et moins pratiques d’un point de vue logistique.

Quand il s’agit, sur l’année, de caler des activités sur un gymnase, sur un stade, ce sont les pratiques privilégiées par les garçons qui malheureusement prédominent.

L’étude précise également qu’il est parfois difficile pour une fille de trouver un club féminin lorsqu’elle quitte la mixité aux alentours de 11 ans et que le taux de dispense des ados au baccalauréat est deux fois supérieur chez les filles que chez les garçons, autant de problématiques à résoudre pour que les filles ne décrochent pas du sport. Mais il y en a d’autres…

Oui, l’offre sportive privilégie la dimension très compétitive alors qu’il y a d’autres manières de voir le sport, on peut pratiquer le sport pour différentes raisons. Malheureusement, il n’y a pas la diversité d’offres qui permet à tout le monde, et notamment aux filles de s’y retrouver.

Ça dépend des clubs mais ça dépend aussi de ce qu’on propose à l’école. Si l’EPS a beaucoup évolué en trente ou quarante ans, s’est beaucoup structuré, il y a encore un enjeu : s’assurer que garçons et filles pratiquent des activités en mixité. C’est en particulier important à l’école, puisque c’est un sport qui est obligatoire et qui permet de pallier certaines inégalités dès lors qu’on sort de l’école.

Et c’est vrai que le taux de pratique des garçons dans les clubs, par exemple, est encore bien plus important que chez les filles malgré les efforts des fédérations pour féminiser les licenciés et les encadrants.

©Pexels

Quelles sont les solutions pour lutter contre ces problématiques ?

Il existe une étude dont je parle dans le rapport qui traite de la manière dont les professeurs d’EPS envisagent leur métier, et on voit que les femmes ont une vision un peu plus englobante de l’éducation par le sport. Quelque part, il faudrait peut-être avoir une approche plus féministe de l’EPS, ça c’est une piste pour l’école.

Et en dehors, il faut plus d’opportunités de pratique, et ça, ça signifie repenser l’offre sportive dans les clubs, permettre à la dimension loisir d’être plus importante. Il faut réfléchir à la place des filles au sein des clubs, et s’assurer qu’il y a suffisamment de possibilités pour elles.

*David Blough est l’auteur de deux essais aux éditions Rue de l’échiquier : Sportwashing. Que sont devenues les valeurs du sport ? (2020) et Le Sport des solutions. Voyage en terre des possibles (2023, 2024).

Ouverture©Pexels

D'autres épisodes de "Dans les coulisses du sport au féminin"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Chamari Atapattu, l'inspirante cricket woman

Chamari Atapattu, l’inspirante cricket woman

Sport adulé dans les anciennes colonies anglaises, le cricket voit monter la notoriété d’une joueuse au talent indéniable. Chamari Atapattu brille batte en main depuis 2009. En club ou avec l’équipe nationale du Sri Lanka, elle écrit l’histoire de son sport.

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Laura Gauché, l'étoile bleue qui grimpe…

Laura Gauché, l’étoile bleue qui grimpe…

Atteindre des sommets, c’est ce qui l’a toujours fait vibrer. Depuis plusieurs années, skis aux pieds, Laura Gauché glisse vers un avenir glorieux. Les Championnats du Monde de ski alpin qui viennent de s’ouvrir à Courchevel-Méribel sont un jeu de pistes extra pour une enfant de la région.

Lire plus »
La question qui tue

C’est grave si j’arrête de m’entraîner quelque temps ?  

Envie de se la couler douce en vacances, blessé ou victime d’un gros coup de mou ? Rien à faire, le sport passe à la trappe. Et tu culpabilises. Parce que, forcément, ce sera dur de reprendre, tu vas perdre ton niveau (ou du muscle), tu vas grossir… Mais, en vrai, abandonner (un peu) sa routine sportive, c’est grave ou ça passe ?

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Lire plus »

Foot au féminin : le Real Madrid donne le coup d’envoi !

Il était temps ! Après plus d’un siècle d’existence le Real crée sa première équipe féminine professionnelle. Ce mercredi 1er juillet, le club madrilène a officialisé la nouvelle. Les joueuses fouleront pour la première fois les pelouses à la prochaine saison, lors du championnat espagnol.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Manae Feleu : « Quand je dis que je joue au rugby, on me répond que c’est un sport de brutes . »

Elle mène de front études de médecine et sport de haut niveau. Manae Feleu, 22 ans, a fait ses premières passes au ballon ovale à Futuna avant de tenter l’aventure sur le continent. La deuxième ligne des Amazones de Grenoble, cinq sélections en équipe de France A, n’a qu’un souhait : continuer à tout mener de front et être championne du monde de rugby en 2025. Rencontre.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner