Rechercher

Cap Optimist épisode III Ça, c'est fait !

Cap Optimist épisode III, ça, c'est fait !
Après 80 jours et 8 000 km sur l'océan Pacifique en paddle board, les six waterwomen emmenées par Stéphanie Barneix, ont bouclé leur grand défi Cap Optimist. Un défi maritime et solidaire pour sensibiliser à la lutte contre le cancer.

Par Alexandre Hozé

Publié le 04 avril 2023 à 15h44

« Started from Lima and now, they are in Moorea ! » C’est officiel, les six waterwomen ont bouclé leur défi hors du commun. 

On en déjà parlé sur ABLOCK, parce qu’une aventure de la sorte, on ne la manque pas ! Nous les avions laissées quelques jours après leur départ de la capitale péruvienne le mercredi 4 janvier. Et 80 jours et 8000 kilomètres plus tard, Stéphanie Barneix, capitaine de l’expédition, Alexandra Lux, Itziar Abascal, Emmanuelle Bescheron, Margot Calvet et Marie Goyeneche sont venues à bout de l’océan Pacifique sur leurs paddles boards.

Les six waterwomen avaient de très bonnes raisons d’affronter le plus grand océan de la planète… Cette expédition Cap Optimist épisode III soutenait l’association Hope Team East, co-fondée par Stéphanie Barneix, asso pour « mieux vivre sa maladie grâce au Sport ». Cerise sur le gâteau ? Ces championnes sont confortablement installées dans le Guinness World Records. Personne n’avait jamais fait ça avant elles.

Mai de quoi parle-t-on ? D’une performance, rien de moins. Une traversée en relai continu, pendant lequel chaque waterwoman devait faire quatre heures de rames quotidiennes à la force des bras. Pour imager, en termes d’effort, on parle d’un marathon quotidien pour chacune des filles. Voilà, voilà… 

Ajoutons au dépassement de soi, des nuits longues et difficiles pour leurs organismes, les rameuses n’ayant pas de point de repère : mal de mer assuré !

Mais comme nous avons pu le constater à l’arrivée des six championnes à Moorea, en Polynésie Française ce samedi 25 mars, ça ramait on ne peut mieux. Pour accueillir les athlètes, des embarcations avec, à leurs bords, leurs proches et des enfants soutenus par Hope Team East sont allés à leur rencontre sur les derniers mètres. 

Un final chargé en émotions pour Marie Goyeneche : « J’ai participé à ce projet car cela me tenait à cœur, explique-t-elle. Et quand on voit l’engouement des gens, ces personnes qui nous remercient… On se dit qu’on a apporté quelque chose à quelqu’un et c’est le plus beau. » 

Après trois ans de préparation ponctuées de trois expéditions (dont deux en guise « d’entraînements »), Cap Optimist est en bout de course : « C’est l’aboutissement d’un fantastique projet de plusieurs années, confie Stéphanie Barneix. C’est un mélange d’émotion, de satisfaction, et la fin de quelque chose. On va reprendre une vie normale, ce n’est pas évident mais on va se réadapter. » 

« Une première traversée pour se prouver qu’on est en vie, une seconde pour se dépasser, une troisième afin de montrer que rien n’est impossible… », résument les filles. Le hashtag de cette épopée maritime et solidaire ? #beoptimist.

Stéphanie Barneix, capitaine de l’expédition, a brillamment relevé le défi avec ses coéquipières !

Certes, ces six championnes vont sans doute laisser le paddle de côté pendant quelques temps, histoire d’éviter une overdose. Mais leur engagement avec Hope Team East ne s’arrête pas là, bien au contraire. 

L’accompagnement des jeunes dans des projets sportifs va se poursuivre, et neuf centres de soins et établissements de santé vont être équipés afin de permettre de maintenir une activité physique adaptée à l’hôpital. 

La suite de l’aventure s’annonce toujours aussi ÀBLOCK!… 

Ouverture ©Killian Domingo

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

6 juillet 2018, des cyclistes amatrices font le Tour de France un jour avant les hommes

6 juillet 2018, des filles donnent des Elles au vélo sur le Tour de France

Elles sont Treize, treize coureuses cyclistes de l’association « Donnons des Elles au vélo » qui veulent prouver que le cyclisme féminin mérite qu’on se batte pour lui. Ce 6 juillet 2018, c’est la quatrième année consécutive qu’elles prennent le départ pour la Grande Boucle un jour avant les hommes. L’objectif ? Obtenir une meilleure visibilité pour les femmes dans le cyclisme et faire en sorte qu’elles puissent avoir, un jour, leur petite reine.

Lire plus »

Nathalie Péchalat, sous la glace, le feu !

À tout juste 36 ans, l’ancienne championne de danse sur glace, rechausse les patins et enfile une tenue inédite, celle de grande patronne de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG). Une femme à ce poste ? Une première ! Portrait d’une fonceuse.

Lire plus »
sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »
Faustine Noël, l’envol d’une pionnière du parabadminton français

Il était une fois le badminton… féminin

Un bouchon de champagne décoré de plumes…le badminton était né ! Nous sommes en 1873 et ce jeu de plage rapporté en France par des soldats anglais va très vite plaire à ces dames de la haute société. Avant de donner naissance à de grandes championnes du volant. Histoire express des « bad » girls !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner