Rechercher

Pour que les sportifs de haut niveau ne soient jamais au plus bas

©Shutterstock
Mission : optimiser la sérénité des athlètes. Sur les trois prochaines années, une étude sur les risques psychosociaux dans le monde du sport sera conduite par l'Union National des Sportifs de Haut Niveau. Un dispositif innovant.

Par Alexandre Hozé

Publié le 28 février 2022 à 10h47, mis à jour le 28 février 2022 à 16h45

La santé des sportifs et sportives professionnels ? Un sujet ÀBLOCK! par définition et qui ne doit pas être pris à la légère. On ne parle pas ici de potentielles blessures physiques, mais de risques psychosociaux auxquels sont confrontés ces salariés un peu particuliers. 

Pressions, doutes de soi, incertitudes sur leur avenir… Les facteurs de stress ne manquent pas et poussent un grand nombre de sportifs et sportives jusqu’au burn-out.

Aujourd’hui, les langues se délient même si le sujet est encore tabou. Quels problèmes en effet pourrait bien rencontrer celui ou celle qui fait du sport toute la journée ?

C’est oublier que ces (nos) champion.ne.s sont des êtres comme vous et moi. C’est oublier qu’ils et elles donnent tout pour leur sport. Voilà sans doute l’une des problématiques à traiter d’urgence.

En 2019, la skieuse Perrine Laffont a osé témoigner sur le sujet, racontant sa dépression causée par une mise en lumière aussi brutale que soudaine. L’an passé, l’ex-n°1 mondiale de tennis Naomi Osaka annonçait faire une pause, sans en dissimuler la vraie raison : la fragilité de son état mental.

Perrine Laffont

Comment aider ces champions et championnes qui nous font rêver afin que leur carrière ne vire pas au cauchemar ? 

Philippe Gonigam, ancien athlète de haut niveau, aujourd’hui directeur de l’Union National des Sportifs de Haut Niveau (UNSHN), le syndicat des sportifs et sportives professionnels, a l’ambition de faire avancer les choses à ce sujet dans le monde du sport : “Au terme de ma carrière sportive, j’ai observé que dans la quasi-totalité des branches professionnelles, il y avait une réelle connaissance des risques psychosociaux et de leur prévention. Mais dans le sport, rien, il n’existait rien !”, explique-t-il. 

Philippe Gonigam et ses équipes décident alors de lancer un projet inédit dans le milieu du sport : un dispositif d’évaluation et de prévention des risques psychosociaux. 

Sur les trois ans à venir, des chercheurs du laboratoire Sport Expertise Performance de l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance) vont aller à la rencontre des sportifs et sportives professionnels afin de construire une étude objective et qui reflète la réalité du monde sportif. 

Il y aura deux étapes principales pour l’étude, explique Philippe Gonigam. D’abord, faire un état des lieux de la situation des sportifs par rapport aux risques psychosociaux. Ensuite, entrer dans le concret et mettre en place des dispositifs d’évaluation et de prévention de ces risques. 

La joueuse de handball Méline Nocandy, championne olympique 2021 avec l’équipe de France, est la marraine de ce dispositif… ©Wikipedia

L’objectif est en effet d’aider les sportifs et sportives dans une situation compliquée. Pas juste constater les dégâts. 

En première ligne avec le syndicat, Philippe Gonigam veut responsabiliser les clubs, les ligues professionnelles et les fédérations : “Notre rôle, c’est de sensibiliser les employeurs. 

Et ce n’est pas un vain mot. Par exemple, le document unique (DU) d’évaluation et de prévention des risques professionnels ne s’applique toujours pas aux sportifs professionnels. 

Situation qui n’est pas acceptable pour l’UNSHN et son président : “Concernant la prévention des risques psychosociaux, l’employeur n’est pas dans une obligation de moyens, mais dans une obligation de résultats. 

Et quoi de mieux qu’une sportive engagée pour faire bouger les lignes ? Méline Nocandy, championne olympique 2021 avec l’équipe de France de Handball, est la marraine de ce dispositif : Méline est confrontée à tous ces risques, ça nous paraissait donc logique qu’elle s’implique à nos côtés”, note Philippe Gonigam. 

Implication qui prend tout son sens et aidera à donner naissance à une étude inédite. Celle qui “optimisera la sérénité des sportifs pour une performance responsable.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de l’Union National des Sportifs de Haut Niveau

Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand« Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Tessa Worley

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Quelques idées pour entretenir sa culture du sport féminin, un trail nocturne et enneigé, des descentes à 250 km/h, une délégation olympique française qu’on espère bientôt en or aux JO de Beijing 2022 (dont Tessa Worley sur notre photo), le retour de notre fameuse « question qui tue », une rugbywoman qui défonce les préjugés et une athlète qui les prend de vitesse, c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

On met très souvent en avant les leaders de chaque formation, mais qui sont-ils sans leurs équipiers ? En fin de carrière, Aude Biannic reste une coéquipière de luxe pour sa leadeuse Annemiek van Vleuten. Portrait d’une Bretonne qui est d’une aide précieuse pour la suprématie de son équipe.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner