JO 1956 Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Hal Connolly et Olga Fikotova
Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Par Valérie Domain

Publié le 21 mai 2021 à 9h23, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h19

Coup de foudre aux Jeux de Melbourne, olympic romance ou love story en or…peu importe comment on l’appelle, si cette histoire d’amour aux JO de 1956 est aujourd’hui romanesque, elle fut d’abord politique.

Quoi de plus romantique en effet qu’un Américain et une Tchécoslovaque, tous deux médaillés d’or en athlétisme, tombant (littéralement) dans les bras l’un de l’autre sur un stade olympique à l’heure de la guerre froide ?

Mais c’est oublié que les Jeux de 1956 étaient eux aussi un lieu de bataille entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, Washington et Moscou espérant y prouver la supériorité de leur système de société dans un combat de médailles. Mais revenons aux tourtereaux.

Avant d’être championne olympique de lancer de disque, Olga Fikotová, née le 13 novembre 1932 à Prague, commence le sport dans la rue en tapant dans un ballon de foot avant de pratiquer le hand et le basket en club.

Mais c’est au lancer de disque qu’elle se fait remarquer, un peu par hasard, entraînée sur la piste par un ami, un certain Zdeněk Čihák, le détenteur du record national de l’époque. On est en 1954, deux ans avant les JO, et elle n’imagine même pas se qualifier.

Mais il faut croire que le Beau Danube Bleu de Johann Strauss, valse sur laquelle elle s’entraîne, fait des merveilles. Olga Fikotová remporte le Championnat tchécoslovaque avant de s’envoler pour les Jeux de Melbourne.

Harold Connelly, lui, est un yankee pur jus, né le 1er août 1931 dans le Massachussetts. Sa carrière de lanceur de marteau est quasi miraculeuse : à sa naissance, il subit de graves lésions nerveuses au bras gauche, empêchant le membre de se développer correctement.

Enfant, il se le fracturera pas moins de treize fois. Lorsqu’il commence l’athlétisme, son bras et sa main gauches sont plus courts que du côté droit. Qu’à cela ne tienne, l’homme est un acharné et trouve là le moyen de dépasser son handicap.

Qualifié pour les JO, celui que tout le monde surnomme « Hal » s’envole pour l’Australie avec pour seule ambition : rafler la médaille d’or. Ce sera fait, avec un lancer à 63,19 m. Par la suite, il améliorera à six reprises le record du monde de la discipline, jusqu’à réaliser un lancer à 71,26 m, en 1965.

À quelques mètres de là, Olga Fikotová remporte la médaille d’or au lancer de disque, en battant la favorite russe Nina Romaschkova avec, en prime, un nouveau record du monde : 53,69 m.

Deux médailles d’or pour une love story qui s’est nouée quelques jours plus tôt, au cœur du village olympique : « Le village olympique était petit, racontait, en 2012, Olga Fikotová dans un journal tchèque, tout le monde s’entraînait ensemble, il n’y avait qu’une barrière entre les hommes et les femmes et une sorte de hangar où étaient déposés les accessoires de tous les athlètes. Je venais de faire un bon entraînement et j’allais ranger les disques. Il fallait descendre quelques marches, il faisait sombre, j’étais dans une telle une humeur merveilleuse qu’au lieu de les descendre, je les ai sautées et je suis tombée dans les bras d’Harold, nous nous sommes attrapés et j’ai vu le signe USA sur sa veste. Avec les quelques mots d’anglais que je connaissais, j’ai commencé à m’excuser fiévreusement ! »

L’histoire est charmante, mais elle commence sous de fâcheux auspices : « D’une certaine façon, le destin nous a réunis, confie Olga Fikotová, et nous avons constaté que, même si nous venions des coins opposés ou éloignés du monde, et certainement de systèmes politiques qui semblaient complètement incompatibles, lorsqu’il s’agissait de valeurs et d’observations humaines fondamentales, nous étions extrêmement semblables. Nous parvenions, dans un langage sommaire, à échanger et à rassembler des idées et des points de vue, nous étions étonnamment proches l’un de l’autre. C’est de là qu’est né, outre la curiosité et l’amitié, un sentiment d’amour. Mais nous avons immédiatement su que ce ne serait pas facile. Et ça a commencé quand on m’a reproché d’être en couple avec “un fasciste américain“. »

Par la suite, Moscou aurait interdit à Harold Connolly de venir épouser Olga Fikotová à Prague et seule l’intervention d’un autre champion et ami, le marathonien tchécoslovaque légendaire Emil Zatopek, auprès du Président du pays, aurait permis au mariage de se tenir.

En octobre 1957, le couple put ainsi s’unir à Prague, avec Dana et Emil Zátopek comme témoins, avant de s’établir aux États-Unis. Olga Fikotová eut l’autorisation de sortir de Tchécoslovaquie pour suivre son mari, sans savoir qu’elle ne pourrait y remettre les pieds pendant des années.

Olga Fikotová concouru dès lors sous le nom d’Olga Connolly pour les États-Unis. Elle remporta cinq fois le championnat américain et participa encore quatre fois aux Jeux olympiques sans y remporter de nouvelles médailles.

En 1972, lors de ses derniers JO à Munich, comme un geste symbolique, elle fut le porte-drapeau de la délégation américaine. Hal Connelly participa, lui, aux JO jusqu’en 1968, à Mexico.

Après dix-sept ans de vie commune et quatre enfants, le couple en or divorça en 1974. Non sans laisser un héritier sportif : l’un de leurs quatre enfants, Jim Connelly, fut sacré champion de décathlon de l’UCLA, en 1987.

Harry Connelly est mort en 2010, il avait 79 ans. Olga Fikotová, quant à elle, a pu retourner « au pays ». Sans pour autant lâcher la nationalité américaine.

En 2008, elle reçut le Fair Play Award, à Prague. Pas mal pour une championne à qui on a dit et répété qu’en raison de ses amours américaines, elle n’était qu’une moitié de médaillée d’or…

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros vient de se jouer, ÀBLOCK! rend hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »
Adrienne Bolland

Adrienne Bolland, l’intrépide étoile de l’aviation française

Elle était un drôle de phénomène, une casse-cou de l’aviation des Années folles. Il y a cent ans, le 1er avril 1921, en devenant la première femme à traverser la mythique Cordillère des Andes, à bord de son G3 Caudron, Adrienne Bolland a ouvert l’horizon à ses semblables, bien avant les grands noms célébrés de l’aviation : des hommes tels que Mermoz ou Saint-Exupéry. Récit d’une pionnière terriblement attachante.

Lire plus »
Elizabeth Ryan

Elizabeth Ryan, sa Majesté de Wimbledon

Si elle n’a jamais brillé en simple, elle n’a laissé à personne d’autre le soin de rayonner sur le double. Elizabeth Ryan a dominé, sans partage, en duo à Wimbledon durant plus de soixante ans aux côtés, notamment, des Françaises Suzanne Lenglen et Simonne Mathieu. Avant de passer le relais à sa compatriote Billie Jean King.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner