JO 1956 Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Hal Connolly et Olga Fikotova
Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Par Valérie Domain

Publié le 21 mai 2021 à 9h23, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h19

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Coup de foudre aux Jeux de Melbourne, olympic romance ou love story en or…peu importe comment on l’appelle, si cette histoire d’amour aux JO de 1956 est aujourd’hui romanesque, elle fut d’abord politique.

Quoi de plus romantique en effet qu’un Américain et une Tchécoslovaque, tous deux médaillés d’or en athlétisme, tombant (littéralement) dans les bras l’un de l’autre sur un stade olympique à l’heure de la guerre froide ?

Mais c’est oublié que les Jeux de 1956 étaient eux aussi un lieu de bataille entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, Washington et Moscou espérant y prouver la supériorité de leur système de société dans un combat de médailles. Mais revenons aux tourtereaux.

Avant d’être championne olympique de lancer de disque, Olga Fikotová, née le 13 novembre 1932 à Prague, commence le sport dans la rue en tapant dans un ballon de foot avant de pratiquer le hand et le basket en club.

Mais c’est au lancer de disque qu’elle se fait remarquer, un peu par hasard, entraînée sur la piste par un ami, un certain Zdeněk Čihák, le détenteur du record national de l’époque. On est en 1954, deux ans avant les JO, et elle n’imagine même pas se qualifier.

Mais il faut croire que le Beau Danube Bleu de Johann Strauss, valse sur laquelle elle s’entraîne, fait des merveilles. Olga Fikotová remporte le Championnat tchécoslovaque avant de s’envoler pour les Jeux de Melbourne.

Harold Connelly, lui, est un yankee pur jus, né le 1er août 1931 dans le Massachussetts. Sa carrière de lanceur de marteau est quasi miraculeuse : à sa naissance, il subit de graves lésions nerveuses au bras gauche, empêchant le membre de se développer correctement.

Enfant, il se le fracturera pas moins de treize fois. Lorsqu’il commence l’athlétisme, son bras et sa main gauches sont plus courts que du côté droit. Qu’à cela ne tienne, l’homme est un acharné et trouve là le moyen de dépasser son handicap.

Qualifié pour les JO, celui que tout le monde surnomme « Hal » s’envole pour l’Australie avec pour seule ambition : rafler la médaille d’or. Ce sera fait, avec un lancer à 63,19 m. Par la suite, il améliorera à six reprises le record du monde de la discipline, jusqu’à réaliser un lancer à 71,26 m, en 1965.

À quelques mètres de là, Olga Fikotová remporte la médaille d’or au lancer de disque, en battant la favorite russe Nina Romaschkova avec, en prime, un nouveau record du monde : 53,69 m.

Deux médailles d’or pour une love story qui s’est nouée quelques jours plus tôt, au cœur du village olympique : « Le village olympique était petit, racontait, en 2012, Olga Fikotová dans un journal tchèque, tout le monde s’entraînait ensemble, il n’y avait qu’une barrière entre les hommes et les femmes et une sorte de hangar où étaient déposés les accessoires de tous les athlètes. Je venais de faire un bon entraînement et j’allais ranger les disques. Il fallait descendre quelques marches, il faisait sombre, j’étais dans une telle une humeur merveilleuse qu’au lieu de les descendre, je les ai sautées et je suis tombée dans les bras d’Harold, nous nous sommes attrapés et j’ai vu le signe USA sur sa veste. Avec les quelques mots d’anglais que je connaissais, j’ai commencé à m’excuser fiévreusement ! »

L’histoire est charmante, mais elle commence sous de fâcheux auspices : « D’une certaine façon, le destin nous a réunis, confie Olga Fikotová, et nous avons constaté que, même si nous venions des coins opposés ou éloignés du monde, et certainement de systèmes politiques qui semblaient complètement incompatibles, lorsqu’il s’agissait de valeurs et d’observations humaines fondamentales, nous étions extrêmement semblables. Nous parvenions, dans un langage sommaire, à échanger et à rassembler des idées et des points de vue, nous étions étonnamment proches l’un de l’autre. C’est de là qu’est né, outre la curiosité et l’amitié, un sentiment d’amour. Mais nous avons immédiatement su que ce ne serait pas facile. Et ça a commencé quand on m’a reproché d’être en couple avec “un fasciste américain“. »

Par la suite, Moscou aurait interdit à Harold Connolly de venir épouser Olga Fikotová à Prague et seule l’intervention d’un autre champion et ami, le marathonien tchécoslovaque légendaire Emil Zatopek, auprès du Président du pays, aurait permis au mariage de se tenir.

En octobre 1957, le couple put ainsi s’unir à Prague, avec Dana et Emil Zátopek comme témoins, avant de s’établir aux États-Unis. Olga Fikotová eut l’autorisation de sortir de Tchécoslovaquie pour suivre son mari, sans savoir qu’elle ne pourrait y remettre les pieds pendant des années.

Olga Fikotová concouru dès lors sous le nom d’Olga Connolly pour les États-Unis. Elle remporta cinq fois le championnat américain et participa encore quatre fois aux Jeux olympiques sans y remporter de nouvelles médailles.

En 1972, lors de ses derniers JO à Munich, comme un geste symbolique, elle fut le porte-drapeau de la délégation américaine. Hal Connelly participa, lui, aux JO jusqu’en 1968, à Mexico.

Après dix-sept ans de vie commune et quatre enfants, le couple en or divorça en 1974. Non sans laisser un héritier sportif : l’un de leurs quatre enfants, Jim Connelly, fut sacré champion de décathlon de l’UCLA, en 1987.

Harry Connelly est mort en 2010, il avait 79 ans. Olga Fikotová, quant à elle, a pu retourner « au pays ». Sans pour autant lâcher la nationalité américaine.

En 2008, elle reçut le Fair Play Award, à Prague. Pas mal pour une championne à qui on a dit et répété qu’en raison de ses amours américaines, elle n’était qu’une moitié de médaillée d’or…

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Hey, Psssst, Les JO commencent, non ? Retrouvez une semaine complète sur les Jeux Olympiques avec ÀBLOCK!. À la clé, une demi-fondeuse qui veut sa revanche à Tokyo, de nouveaux sports qui vont twister les Jeux, la petite histoire des symboles olympiques en sept chapitres. Mais aussi, la désormais célèbre question qui tue et une initiative féminine aussi sportive que dilettante. De la (bonne) lecture, messieurs dames !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Jessi Combs

10 femmes de sport, 10 récits de pionnières

S’imposer dans toutes les sphères de sa vie grâce au sport, c’est tout le propos d’ÀBLOCK! qui s’associe, cette semaine, à l’opération menée conjointement par le ministère des Sports et le CSA, « Sport Féminin Toujours », en redonnant à quelques pionnières de l’univers sportif, à l’instar de Jessi Combs sur notre photo, la place qu’elles méritent. Grâce à elles, les femmes ont pu (peuvent), peu à peu, changer le monde et leur monde.

Lire plus »
louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Sam Davies

Samantha Davies : « Pour moi, en voile, le plaisir l’emporte toujours sur la souffrance. »

Elle est Anglaise de naissance, Bretonne d’adoption. À 46 ans, Samantha Davies a déjà roulé sa bosse sur tous les océans de la planète. Contrainte à l’abandon lors du dernier Vendée Globe après que son bateau, Initiatives-Cœur, ait heurté un ofni, la jeune louve de mer n’a qu’une idée en tête : repartir à l’assaut de ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Rencontre avec une fille qui sait garder le cap en toutes circonstances.

Lire plus »

Mathilde Rivière : « Pour avoir ma place aux JO, j’ai galéré, mais je n’ai rien laissé passer ! »

Elle a bien failli ne pas voir Tokyo. Handicapée par une sévère blessure au dos, la triple championne de France de lutte a finalement décroché son billet, début mai, en Bulgarie, pour les Jeux Olympiques japonais. Une joie immense pour Mathilde Rivière qui nourrit désormais un seul et unique objectif : la médaille. Rencontre avec une fille qui ne se laisse pas facilement mettre au tapis.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner