Christine Gossé : « L'entraîneur est là pour mener ses athlètes à la victoire, peu importe qu'il soit un homme ou une femme ! »Métier : entraîneure nationale, responsable des équipes de France féminines d’aviron

Christine Gossé
Médaillée olympique d’aviron, aujourd’hui responsable des équipes de France féminines d’aviron Élite et U23, elle a sauté du bateau pour atterrir sur le ponton depuis lequel elle coache son équipe. Témoignage d'une capitaine qui ne lâche jamais les rames !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 24 janvier 2021 à 9h37, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h29

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  • 10 métiers du sport, 10 femmes, 10 témoignages. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, ÀBLOCK! s’associe à Femix’Sports avec pour mission de promouvoir le sport au féminin. Ensemble, nous avons choisi de mettre en lumière les métiers de la sphère sportive, ces métiers à féminiser d’urgence pour davantage d’équité et d’équilibre dans cet univers encore trop masculin.

 

« J’ai commencé l’aviron par hasard, en benjamine, à l’âge de 11/12 ans. Ça m’a tout de suite plu car on était en extérieur, on vivait les saisons… Très vite aussi, j’ai aimé les compétitions, j’ai ça au fond de moi, l’âme d’une gagnante ! À force de sacrés coups de rame, je me suis retrouvée médaillée aux Championnats du monde junior.

À 19 ans, en 1984, j’étais aux Jeux Olympiques d’été de Los Angeles puis à ceux de Séoul en 1988, ceux de Barcelone en 1992 où on se classe quatrième après une course de folie dans laquelle, 100 mètres avant la ligne d’arrivée, nous étions deuxièmes… J’ai terminé, à 32 ans, avec une médaille de bronze, en 1996, à Atlanta.

Durant les quatre dernières années de ma carrière sportive, j’étais institutrice, je faisais des remplacements car je ne pouvais pas avoir une classe à l’année. Ça a été une période fatigante, mais hyper enrichissante, à osciller entre différents niveaux d’âges, de la maternelle au CM2.

Lorsque j’ai arrêté ma carrière sportive, j’ai trouvé dommage de ne pas capitaliser sur mon expérience, la transmission des savoirs et ma passion de l’aviron. Je suis donc sortie du bateau mais pour monter en canot moteur…

©DR

J’ai alors passé le concours du professorat de sport et j’ai démissionnée de l’Éducation nationale pour intégrer le ministère des Sports. J’ai entraîné l’équipe de France junior pendant trois ans et nous avons été les premières médaillées d’or aux Championnats du monde junior en 1999.

Je suis ensuite passée chez les seniors en 2000, puis de 2001 à 2004, j’ai entraîné les élites femmes pour les JO d’Athènes avec un résultat prometteur de septième place.

Entre 2005 et 2012, j’ai aussi entraîné l’équipe de France masculine et notamment l’équipe olympique à partir de 2007 (ils feront troisième) jusqu’à Londres en 2012 où ça s’est malheureusement terminé sur un échec de performance.

Actuellement, même si je n’entraîne que des femmes (depuis 2013), je suis multi casquettes : responsable des équipes de France féminines d’aviron Élite et U23 ainsi que responsable du Pôle France à l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance, ndlr). Dans les deux cas, j’entraîne et notamment pour les JO de Tokyo.

©DR

Je suis un peu le couteau-suisse de l’équipe. Il faut savoir tout faire : conduire les remorques, réparer quelques bateaux et évidemment, en tant qu’entraîneur, s’occuper de la préparation physique et psychologique au quotidien de ses équipes.

Ensuite, en tant que chef de secteur et des équipes de France féminines, je manage afin de préparer au mieux chaque échéance de compétition avec mes entraîneurs.

Nous avons un programme d’entraînement commun à 90 % avec toutes les équipes – même avec l’équipe masculine. En effet, nos rameuses ne s’entraînent pas toutes aux mêmes endroits or il est important que l’équipage ait le même entraînement et arrive en forme au même moment pour travailler de façon optimale. Je n’ai pas hésité aussi à élargir mon staff de collaborateurs en prenant des gens de l’extérieur pour avoir de nouvelles compétences au sein de l’équipe, comme des psychologues par exemple.

©DR

Comment j’en suis arrivée à ne coacher que des femmes ? Il faut savoir qu’en 2012, il n’y avait pas de rameuses aux Jeux Olympiques car aucune ne s’était sélectionnée. À l’époque, je terminais avec mon équipe masculine et, pour être passée par là, j’étais triste qu’il n’y ait pas d’équipe féminine aux Jeux.

À partir de 2013, le nouveau DTN (Directeur Technique National) m’a confié la mission d’en remonter une. J’ai foncé sur le projet !

Avant, il n’y avait qu’une seule équipe de France, les entraînements filles/garçons se faisaient en mixte et l’encadrement était essentiellement masculin. J’entraînais les femmes mais, en 2004, j’ai été remplacée par un collègue homme…

Le problème ? Personne ne voulait entraîner les femmes car elles n’étaient soi-disant pas de bon niveau et prendre ce poste était simplement un moyen d’entrer dans le groupe des entraîneurs. Dès que possible, ils laissaient tomber les femmes… Alors, quand on m’a proposé de monter une équipe de filles, j’ai trouvé ça super. Enfin une motivation pour l’équipe féminine !

©DR

Du coup, je vais au bout, je ne fonctionne qu’entre femmes ou en tout cas je tente de féminiser le plus possible l’encadrement, de manière à fidéliser les entraîneurs – même masculins – qui entrent dans ce projet. Je me suis aussi battue tous les ans pour accroitre le budget parce que l’équipe masculine avait le double et n’avait pourtant pas le double de médailles par rapport à nous… Et, tout de suite, mon idée a vraiment été de créer une identité, que mes athlètes et tout le staff d’encadrement aient envie d’appartenir à une entité. D’où l’importance des moments conviviaux !

Et les résultats sont arrivés… En 2016, pour les JO de Rio, je qualifie deux des bateaux de l’équipe féminine dont l’un d’eux fait cinquième. C’était l’euphorie ! Et puis, il y a eu des médailles en Coupe du monde.

En tant qu’entraîneur, je ne parle pas beaucoup, je ne fais pas facilement de compliments, mais je crois que l’attitude, la posture et le regard que j’affiche sont très importants pour mes équipes. J’ai d’ailleurs une anecdote à ce propos : le double de filles que j’entraînais pour Rio passent en finale à sa première Coupe du monde. C’était un exploit à cette époque ! Et puis, elles font sixième, ça ne se passe pas très bien.

Rebelote l’année d’après, elles arrivent en finale mais, cette fois-ci, je n’explose pas de joie sur le ponton, je ne montre rien lorsqu’elles accostent. Le soir, elles me disent que je n’ai pas l’air contente. Je leur réponds que ce n’est plus un exploit maintenant et que j’attends qu’elle monte sur le podium. Elles se sont alors regardées toutes les deux et m’ont dit : « Tu crois qu’on peut être médaillées ? »

Les bras m’en sont tombés. Je leur dis : « Mais alors pourquoi vous vous entraînez ? C’est évident que c’est pour monter sur le podium ! ». Et c’est là que j’ai senti toute cette non-confiance qu’ont les rameuses depuis ce trou de génération chez les féminines. Je me suis dit « Il y a du boulot » !

Elles ont été des pionnières en gagnant des médailles, elles ont montré le chemin. Ce jour-là quand je suis allée les chercher sur le ponton, je me suis dit intérieurement « Tu ne bronches pas sinon elles vont croire que c’est bien ! ». Mon but est de les emmener toujours plus loin !

Retour en images sur les piges de Libourne avec l’interview de Christine Gossé (Août 2020, Médias Aviron)

En aviron, il faut beaucoup de travail, de rigueur, d’endurance et de force physique. Les entraînements sont assez usants donc il ne faut pas lâcher, ça se joue aussi beaucoup sur le mental. C’est vraiment ce qui va faire la différence, même si l’on tente des techniques d’entraînement hors normes.

Sur la ligne de départ, si on a confiance en soi et qu’on ose, ça va marcher. Et mon rôle d’entraîneur est primordial là-dedans : si elles ne sont que deux à ramer dans le bateau, on est trois en réalité à être embarquées dans l’aventure. C’est une interaction basée sur la confiance.

À côté de ce travail acharné, dans les moments de stage, je propose toujours des moments de convivialité, je fais un peu l’animation comme une après-midi galette et tournoi de baby-foot ! Ça permet de souder le groupe.

Il y a des différences à entraîner des hommes et des femmes. Le plus souvent pour les hommes, lorsqu’ils sont mobilisés pour un projet, peu importe avec qui ils vont ramer. Si le choix est justifié, ils ont cette force de voir plutôt la victoire à aller chercher.

Sans y voir quelque chose de péjoratif, bien sûr, c’est simplement quelque chose que j’ai remarqué après des années d’encadrement, mais chez les femmes, c’est souvent un peu plus compliqué de faire un équipage si elles ne sont pas toutes copines. Quand il y a conflit chez les mecs, ça se règle souvent par une franche discussion, une tape dans la main et on repart. Pour les filles, ça peut prendre plusieurs semaines, voire des mois à se régler.

©DR

Quant à savoir s’il est plus difficile d’entraîner des hommes que des femmes quand on est soi-même une femme, je dirais que tout est dans la tête. Quand on m’a proposé d’entraîner un bateau olympique de l’équipage masculin en 2007, il n’avait pas fait de médailles aux Championnats du monde depuis plus de vingt ans. Lors du premier stage, je me suis dit : « J’y vais ou j’y vais pas ? » et puis, très vite, j’ai eu un sursaut : « Et pourquoi c’est moi qui me pose des questions quant à mes compétences ? » et j’ai relevé le challenge.

Je me suis alors rendu compte que les hommes n’attendent qu’une chose de leur entraîneur : qu’il soit compétent et les fasse monter sur le podium. Que ce soit un homme ou une femme, peu importe !

Par contre, j’ai énormément bossé pour me démarquer des entraîneurs hommes car ils n’avaient connu que ça ! Je me suis formée à plein de choses et ça nous a rapporté une deuxième place aux championnats du monde de 2007. C’était une révolution : il n’y avait pas eu de médaille depuis plus de vingt ans !

©DR

En général, pour exercer ce métier, il faut garder la tête froide et savoir sur qui s’appuyer et discuter en cas de difficultés pour apaiser la situation. Il vaut mieux privilégier quelqu’un d’extérieur et de neutre mais qui connaît bien le monde du sport de haut niveau.

Être une femme dans ce métier n’est pas toujours facile, notamment sur le plan des conditions de travail. Parfois, on doit porter seule un bateau moteur très lourd jusqu’à l’eau, ce n’est pas toujours adapté. L’autre point, c’est qu’il n’est pas facile de conjuguer vie pro et vie perso : quand on bosse en équipe de France, on est très souvent en déplacement car nos équipages sont éparpillés aux quatre coins de la France ou alors nos stages se déroulent sur de longues périodes. Il faut avoir un compagnon ou une compagne qui tienne la route ou… être célibataire.

Enfin, le milieu de l’aviron à haut niveau est très masculin, il n’y a jamais eu de président femme ni de DTN femme et ce n’est pas près d’arriver !

Pour les femmes qui souhaitent s’orienter dans cette voie professionnelle, je les engage à travailler la confiance en elles : si on bosse et si on s’investit, il n’y a aucune raison de ne pas réussir. Et je leur dirais : « En cas de doutes, de difficultés, n’ayez pas peur de demander de l’aide. » Car, contrairement à ce que pensent trop souvent les femmes, ce n’est pas faire preuve de faiblesse. »

 

  • Devenir Entraîneur :

En résumé, l’entraîneur d’une équipe de sport motive les troupes pour augmenter les performances et créer une cohésion de groupe. Il maîtrise les processus d’apprentissage et sait les transmettre grâce à un programme d’entraînement, travail dans lequel il est épaulé par un staff technique, médical et de préparateurs physiques. Il est responsable des résultats.

Quelle formation ? Pour devenir entraîneur, il faut avoir été sportif de haut niveau et être diplômé. Différents diplômes conduisent à cette fonction : le DEJEPS en Niveau bac + 2 spécialité perfectionnement sportif (diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), le DESJEPS en niveau bac +3, spécialité performance sportive (diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), un master STAPS-EOPS (entraînement et optimisation de la performance sportive). L’INSEP, dans le cadre de la formation continue, délivre aussi des diplômes professionnels. Enfin, on peut passer les concours de professeur de sport (d’une discipline) du ministère des Sports, qui peut se préparer à l’INSEP ou dans les CREPS (Centres de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive).

Pour en savoir + sur les emplois et métiers autour du sport, direction le site du ministère des Sports

Le témoignage de Christine a été recueilli dans le cadre de notre opération visant à féminiser les métiers du sport. En partenariat avec Femix’Sports, l’association qui accompagne le développement et la promotion du sport au féminin et en mixité.

Femix'Sports

Sur les réseaux sociaux, utilisez #SportFemininToujours et #PlusDeSportAuFeminin

©Illustration Lisa Lugrin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Surf, yoga, course, CrossFit, athlétisme, cyclisme ou encore natation, le sport a encore une fois fait les belles heures d’ÀBLOCK! la semaine dernière…Entre témoignages de pratiquantes acharnées, histoires de sportives du passé, entretiens avec une athlète green ou une candidate à la présidence du Comité national olympique, en passant par un petit questionnaire Proustien à une championne qui envoie du lourd, on s’active grave. Et c’est pour vous.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Running

Si on tentait un marathon fractionné ?

Le #42HealthyRunningDays est lancé ! Un top départ donné à l’issue de la journée internationale de la santé, le 7 avril dernier. Késako ? Portés par la motivation, le bien-être et la santé, les coureurs se lancent le défi de réaliser 42 kilomètres en 42 jours. À leur rythme. Ainsi, l’application Running Care propose une toute nouvelle version du marathon pour les plus démotivés. Explications.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner