Rechercher

Il était une fois l’aviron… féminin

Il était une fois l’aviron… féminin
Jusqu’au 5 juin, rameuses et rameurs s’affrontent sur l’Allier. Vichy accueille les championnats de France bateaux longs pendant trois journées de compet’. Une occasion en or de revenir sur l’histoire des femmes dans l’aviron. Une histoire qui a débuté par des canotières à la réputation sulfureuse…

Par Clotilde Boudet

Publié le 03 juin 2022 à 10h48, mis à jour le 18 février 2024 à 12h21

Les femmes ont d’abord revendiqué le droit de ramer pour le plaisir. Le canotage (les promenades) est considéré, au XIXe siècle, comme le premier loisir moderne. Dans cet « aviron de plaisance », régates à la voile et à l’aviron font vite leur apparition.  

Si les femmes sont présentes sur l’eau, elles sont d’abord cantonnées à la barre. Cependant, elles prennent vite les rames en main ! En 1888, le peintre Ferdinand Gueldry peint « L’Eclusée » ; on y voit deux femmes chapeautées, en robe et corset, mener seules une embarcation.

 « L’Eclusée » de Ferdinand Gueldry, artiste français spécialisé dans les scènes sportives d’aviron, co-fondateur de la Société nautique de la Marne en 1876.

A cette époque, on distingue les « canotiers à canotière » (les rameurs amateurs) et les « canotiers sérieux » (les pros). Il faut dire que les canotières ont une réputation sulfureuse… Dans la littérature, on leur attribue souvent le rôle d’éléments de décoration frivoles ou de filles faciles.  

Le docteur en histoire contemporaine Frédéric Delaive écrit en 2003, dans sa thèse intitulée Canotage et canotiers de la Seine : genèse du premier loisir moderne à Paris et dans ses environs : « L’imaginaire entourant la figure de la canotière, son amalgame avec celle de la prostituée ont durablement discrédité les femmes (…) avec pour conséquences que pour éviter toute confusion avec la canotière, les sociétés nautiques ont fermé leurs portes aux femmes ». 

L’aviron figure au programme des Jeux olympiques modernes depuis leur création, en 1896. Six ans plus tôt, on voyait déjà dans le Figaro Illustré n°4, la représentation signée Edelfelt d’une rameuse en skiff.  

Pourtant, en 1901 à l’Aviron Grenoblois, il est interdit sous peine d’une amende de 1 franc de « sortir des dames en bateau »… 

Il faut attendre 1976 pour que les épreuves d’aviron ne soient plus réservées qu’aux rameurs masculins. On doit notamment cette avancée à la rameuse nantaise Alice Milliat. Durant l’Entre-deux-guerres, cette athlète aux multiples talents s’est battue pour faire reconnaître le sport féminin et leur ouvrir les portes des Jeux Olympiques.  

Première femme à obtenir le brevet « Audax » (pour avoir ramé 50 km en moins de 12 heures), Alice Milliat devient en 1915, la présidente du premier club d’aviron féminin de France : le Femina-Sports de Paris, fondé quatre ans plus tôt. 

On retrouve ce club réservé aux femmes, aux côtés de ceux de la Ruche Sportive Féminine et de l’Academia, dans les premières courses féminines officielles organisées à Paris et à Nantes.

Aux Régates Internationales et Pré olympiques du 26 juin 1927, la 8e course (en yole à 4 sur 1 600 mètres) leur est réservée. 

Au XXIe siècle, force est de constater que les choses ont (heureusement) évoluées. La Fédération Française d’Aviron (FFA) n’a de cesse d’encourager la pratique féminine. À l’occasion de l’olympiade 2013-2016, elle a d’ailleurs lancé un « plan de féminisation de l’aviron ».  

Excellente idée de la fédé : quelques-unes des stars de l’aviron d’aujourd’hui sont françaises. C’est le cas de Laura Tarantola, championne du monde 2018 en skiff et vice-championne olympique en deux de couple avec sa partenaire Claire Bové lors des derniers JO de Tokyo.   

Laura Tarantola

Ouverture Mlle Sadoux, gagnante skiff dames, 1926...©BnF/Gallica-Agence Rol

D'autres épisodes de "Il était une fois le sport... conjugué au féminin"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Le Best-of ÀBLOCK!

Une crack qui nage à très grande vitesse, une fille qui prend son envol, une danseuse qui rêve de JO, les pionnières du baseball, une championne qui grimpe, une autre qui nous booste avec ses tutos (Jess Vetter sur notre photo) et un nouveau mercredi où les KIDS ont pris le MIC, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Maud Thierry

Maud Thierry – Iron(wo)man sinon rien

« Petit format, grande détermination » a-t-elle écrit sur sa bio Instagram. Pour Maud alias « Petit goûter », 26 ans, le sport, c’est un peu l’affrontement de David contre Goliath. Cette triathlète acharnée au petit gabarit a réalisé un exploit sportif envié : l’Ironman. Prenons le top départ avec une sportive généreuse et heureuse qui a fait du sport son mode de vie.

Lire plus »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner