Rechercher

Marie Bochet « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »
À 28 ans, la multi-médaillée paralympique en ski alpin est auréolée d’une belle image de sportive à la fois zen et déterminée. Avant qu’elle ne s’élance pour les Jeux Paralympiques de Pékin, Marie Bochet, dernièrement double médaille d’or aux Championnats du monde de para sports en Norvège, se livre avec la fraîcheur de sa glisse désormais légendaire. Marie fonce tout schuss !

Par Claire Bonnot

Publié le 03 mars 2022 à 18h21, mis à jour le 23 mars 2022 à 15h20

Alors que tu t’apprêtes à t’élancer pour les Jeux Paralympiques de Pékin, comment te senstu, as-tu la pression, toi qui es déjà une reine de la compétition avec huit titres paralympiques à ton actif ?

Je me sens plutôt bien vis-à-vis de tous ces titres justement parce que je peux me dire « J’ai déjà réussi les Jeux ! J’ai déjà gagné les médailles tant attendues ! ». J’ai en quelque sorte déjà rempli mes objectifs donc je peux désormais prendre du plaisir sans me mettre la pression.  

Bien sûr, lorsqu’on va aux Jeux Paralympiques, on a toujours envie de ramener du « métal »… mais cette fois-ci je ne me suis pas fixée d’objectifs, si ce n’est d’être satisfaite de mon ski, de ne pas faire d’erreurs bêtes sur les tracés et de donner le meilleur de moi-même.  

Ma ligne de conduite ? Je veux me donner à 100 % pour ces Jeux de Pékin et les résultats arriveront s’ils doivent arriver. J’essaye de cultiver une attitude zen. 

Dans les cinq disciplines du ski alpin (descente, super G, slalom géant, slalom et super combiné), y en a-t-il une que tu préfères ?  

Pas vraiment et c’est ce que japprécie : je suis polyvalente et performante dans les cinq. Avec l’expérience, au-delà de juste penser « technique », je commence à vraiment prendre du plaisir en vitesse. 

Ton parcours est fulgurant. En bonne savoyarde, tu es née à Chambéry, tu débutes le ski à l’âge de 5 ansUne révélation ?  

Ça a été très naturel, en fait, car les sports de glisse sont la prédilection dans la région où j’ai grandi. Le ski alpin a très vite été la bonne option pour moi car plus accessible avec mon handicap (une malformation de l’avant-bras gauche, une agénésie, Ndlr) que le ski nordique, que je pratiquais enfant.

Et puis, j’ai bien accroché avec les sensations que me procurait le ski alpin. 

Tu ressens quoi en glisse ? 

Je me sens libre ! Ce qui paraît un peu fou parce que je pourrais faire du ski sans piquets et être encore plus libre. Mais ce que je trouve extra dans le ski alpin, c’est qu’une fois qu’on passe le portillon, on est seul maître à bord, on est les seuls à décider des trajectoires qu’on va prendre !  

Et il y a aussi cette sensation de danser sur la neige qui est hyper agréable, j’adore cette impression de fluidité. 

Tu es née avec une malformation de l’avant-bras gauche, cela a-t-il été difficile pour toi à tes débuts et comment l’as-tu géré ? 

Ça n’a pas été un souci pour moi car j’ai eu la chance, dès mes débuts, d’être entourée de gens pour qui ce n’était pas un problème. Je n’ai donc jamais ressenti de difficultés, mon entraîneur trouvait toujours des stratagèmes comme demander au starter de me pousser au départ car je ne parvenais pas à sortir aussi bien qu’un autre enfant avec les deux bâtons.  

Ça a été plus compliqué en grandissant car les circuits de sélection chez les valides se corsent un peu. Je n’en ai pas souffert, j’ai plutôt bien compris la situation.  

Ça a correspondu au moment où j’ai découvert un milieu fait pour moi : le handisport. J’ai pu continuer à m’épanouir dans le ski ! 

Comment as-tu connu ce milieu handisport ? 

Grâce à des opportunités, des rencontres : mon prothésiste qui faisait partie de la Fédération du handisport et mon entrée en section sportive, au collège de Beaufortin en Savoie, la section ski où je profitais d’un emploi du temps aménagé. 

Tu fais partie de la Commission des athlètes des JO et des Jeux Paralympiques de 2024, est-ce important pour toi de représenter le handisport ?  

Je pense que les combats à mener pour le sport féminin sont sensiblement les mêmes dans le handisport et chez les valides. Même si j’ai la sensation que le handisport est plus paritaire. 

J’ai l’impression qu’il y a un traitement identique dans l’équipe et en termes de traitement médiatique de nos performances entre athlètes masculins et athlètes féminines.

En tout cas, dans mon milieu du ski handisport, parce qu’on concoure en même temps, hommes et femmes.  

©Germain Favre-Felix

Que voudrais-tu faire avancer sur le plan du handisport féminin ? 

Concernant Paris 2024, le plus gros combat est de médiatiser et faire connaître le handisport. Au niveau du sport féminin, il y a déjà une belle volonté du comité d’organisation d’être les premiers Jeux paritaires en termes de participants. Ça semble logique mais c’est une avancée !  

Et c’est une bonne chose de savoir que ça se met en place officiellement. Dans le handisport, un milieu qui se développe plus tardivement, on prend davantage en considération toutes ces données.  

Sur ÀBLOCK! nous mettons en avant les femmes dans le sport pour faire bouger les lignes sur le sujet. Le handisport entre dans ce scope de sport inclusif. As-tu été confrontée à du sexisme dans le milieu du ski et à des remarques sur ton handicap ?  

J’ai eu la chance d’entrer très tôt dans le circuit des compétitions et d’affirmer mon caractère. Ce qui est compliqué, c’est qu’on est toujours minoritaires, nous les femmes, dans les équipes.  

Dans l’équipe de France de ski alpin, je suis la seule fille, le staff est très masculin donc je passe beaucoup de temps avec une équipe masculine…  

C’est vrai qu’il faut avoir un bon caractère ! Pour passer son adolescence dans une équipe masculine, il faut du répondant ! J’ai la chance d’avoir un caractère qui me permet de m’imposer, mais ça reste parfois difficile.  

Quoiqu’on dise, il y a quand même des sensibilités différentes et les façons de coacher un homme et une femme ne sont pas forcément les mêmes, c’est compliqué de faire comprendre ça à des hommes. J’ai dû m’adapter très souvent.  

Après, ça dépend aussi des personnalités, bien sûr. Et par rapport à mon handicap, il est léger, je n’ai donc pas eu trop de souffrance à le vivre, je l’ai accepté. 

La suite de ton parcours est impressionnant : tu participes à tes premiers championnats de France à l’âge de 11 ans puis à tes premiers Jeux Paralympiques à l’âge de 16 ans et en 2014, c’est l’or aux Jeux Paras après nombre de médailles en Championnats du monde. Tu avais donc le caractère d’une championne ? 

J’étais la dernière dune famille de quatre enfants, j’ai donc appris à jouer des coudes très jeune pour trouver ma place. Ça m’a forgée, tout comme mon entrée dans une équipe où j’étais la seule « enfant » (à 16 ans, en 2010, Marie est la benjamine de l’équipe de France, Ndlr). Chacun avait un rôle très protecteur, mais il a quand même fallu faire son trou face à tous ces adultes.

Après, il y avait d’autres filles, comme Solène Jambaqué (8 médailles aux Jeux Paralympiques entre 2006 et 2014, Ndlr) qui m’a bien soutenue. C’était important de ne pas être toute seule !

Je crois que je suis quelqu’un de plutôt bien affirmé dans ses choix, je pense que ça a aidé 

©Ypmedias

Tu as commencé très jeune de manière quasi innée, à quel moment le sport est devenu l’accomplissement d’un rêve pour toi ?  

Dès que j’ai commencé le handisport et une discipline paralympique, mon rêve a été de décrocher une médaille d’or aux Jeux (elle en a désormais 8 à son actif, Ndlr).  

Il y a eu aussi le Globe au général de la Coupe du Monde (9 au palmarès de la skieuse, Ndlr). Tous ces titres qui font saliver lorsque vous être sportive de cette discipline… 

A-t-on alors encore des rêves de sport ? 

Je crois que l’important, c’est justement d’arriver à me détacher un peu de tout ça et de retrouver la nature même de ma passion pour le ski.  

Parfois, en ne se concentrant que sur les résultats, rater une médaille d’or, ça peut créer énormément de souffrance. J’ai envie de revenir à l’essentiel : aimer la compétition, tout simplement. 

As-tu eu des moments difficiles dans cette glisse quasi parfaite, un virage qui t’a permis de repartir de plus belle ? 

Ça a été le cas très récemment : j’ai eu une sorte de contrecoup après les Jeux Paralympiques de 2018, à Pyeongchang, en Corée. Ça faisait quelques années que j’étais sur le circuit, j’avais en quelque sorte rempli tous mes objectifs et je devais faire face à un gros changement dans les équipes – staff et athlètes.  

J’ai eu une perte de repères quant à la définition de mes nouveaux objectifs : la question de la fin de carrière se posait et j’avais un tas de réponses à trouver, ce qui était très déstabilisant. Comment continuer à être performante et pourquoi ?  

Ça a été deux saisons denses en réflexion et en déconstruction de tout ce que j’avais accompli. Mais c’était pour mieux me reconstruire. J’ai beaucoup appris sur moi-même. 

Le mental est l’une des clés ? 

C’était encore un sujet tabou dans le sport récemment mais, aujourd’hui, on se rend compte que le mental peut faire beaucoup de choses ou, justement, pas grand-chose.  

C’est très important pour moi, j’ai tout essayé ou presque : travailler avec une sophrologue, une psychologue et une préparatrice mentale.  

Actuellement, je suis plutôt dans une sorte de travail autour du développement personnel, pas proprement sportif, mais pour identifier qui je suis en-dehors de tout ça. Dans la même veine que ce retour à l’essentiel dont je parlais. 

Quelle est donc la passion qui t’anime avec le ski alpin et le sport de haut niveau ? 

Je sais que je vis tout ça pour les moments d’exception. Quand je regarde autour de moi, tous ces paysages, ces endroits merveilleux où j’ai la chance de concourir, je me dis que c’est de la folie !  

Quelle victoire a été la plus marquante ? 

Il y en a eu tellement… mais je repense à ma toute première course aux Jeux Paralympiques de Vancouver en 2010, je suis tombée dans une espèce de marmite, quelque chose d’extraordinaire, mais aussi la course qui m’a offert mon premier globe en slalom, les Jeux à Sotchi en 2014…  

Et puis, très récemment, mes deux victoires aux Championnats du monde, en janvier. C’est dingue parce que j’ai déjà décroché ces deux titres plusieurs fois mais chaque nouvelle course a une saveur folle ! 

Tu es dans quel état d’esprit sur une piste de départ et à quelques heures des Jeux  ? 

Avant, j’étais très tendue sur le départ, à vouloir tout contrôler. Depuis, et c’est récent, j’essaye de cultiver le plaisir et la sérénité. J’ai même un petit sourire au coin de la bouche avant mes descentes. Je suis détendue et relâchée ! 

La préparation mentale m’a beaucoup aidée à atteindre cet état de zénitude : prendre conscience qu’on est une personne et pas une machine. Pour ces Jeux, je n’ai pas peur, je ne suis pas juste une machine à médaille d’or.  

J’ai besoin de faire comprendre aux gens que, derrière tout ça, il y a un investissement énorme, des émotions, une personne, des sensations.

J’ai eu besoin de le comprendre moi-même avant de le transmettre. C’est bien, ça n’arrive pas trop tard dans ma carrière ! 

  • Pour suivre les aventures enneigées de la chaleureuse Marie Bochet, direction Instagram @mariebochet et son site. 

 

  • Son Palmarès :

 

8 médailles d’or aux Jeux Paralympiques

22 médailles d’or aux Championnats du Monde

102 victoires en Coupe du Monde

9 gros globes au général de la Coupe du Monde

20 petits globes de discipline de la Coupe du Monde

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Elle a marqué de son empreinte le football moderne. Tout au long de sa riche carrière, Nicole Abar n’a cessé de collectionner les titres et les récompenses. L’ancienne internationale, désormais âgée de 63 ans, consacre désormais la majeure partie de son temps à militer pour un sport plus juste et plus ouvert. Rencontre avec une fille qui n’était qu’une « joueuse alibi » devenue une femme engagée.

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023, la route sera longue !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le parcours 2023 du plus fameux road trip français à vélo et un zoom sur le handball avec l’Euro qui débute. Une Bleue du hand toujours en activité qui répond à notre questionnaire sportif et une autre qui retrace son parcours avec l’équipe de France, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Pierra Menta

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des courts de tennis, un sprinteur français qui a fait ce qu’il a pu pour le sport féminin, la fameuse question qui tue, trois initiatives entre océan, montagne (la Pierra Menta sur notre photo) et à l’ombre d’une cage et puis, le plus attendu de l’année…roulement de tambours : l’anniversaire d’ÀBLOCK! Bref, on ne s’ennuie pas et on vous offre (encore) de quoi lire en attendant la suite !

Lire plus »
Iga Swiatek

Roland-Garros : les 7 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir qui soulèvera la coupe Suzanne-Lenglen (les paris donnent gagnante Iga Swiatek sur notre photo), zoom sur les championnes de ces sept dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts du plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
Virginie Verrier : «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende paralympique, une déclaration d’amour aux sportives, une réalisatrice qui met en lumière une footeuse du nom de Marinette Pichon (interprétée par Garance Marillier sur notre photo), l’histoire des femmes dans les stades et un décryptage du rendez-vous d’athlétisme de l’année, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois le breakdance… féminin

Il était une fois le breakdance… féminin

Née dans les rues du Bronx dans les seventies, cette danse acrobatique voit s’affronter des « crew » sur le bitume et sur les pistes à coups de mouvements saccadés. Et les Bgirls y font bonne figure. Petite histoire du breaking conjugué au féminin.

Lire plus »
BREAKdance//NORD : Le breaking, l’avenir en dansant

BREAKdance//NORD : le documentaire qui entre dans la danse

Le breaking prend ses marques. Bientôt en compétition pour la première fois aux Jeux Olympiques de Paris 2024, le voilà au coeur d’un documentaire signé Sophie Vernet et qui met sur le devant de la scène les coulisses d’un mouvement français, autant sportif que culturel et social. Un mouvement qui a notamment pris racine dans le Nord. Zoom sur des Bboys et Bgirls qui ont la Breakdance dans la peau.

Lire plus »
La question qui tue Si je fais trop de muscu, je vais ressembler à un mec, non ?

Si je fais trop de muscu, je vais ressembler à un mec, non ?

On a toutes cette copine (ou bien on est cette copine) qui a peur de la musculation. « J’ai pas envie d’avoir des gros bras ». Si t’es du genre à checker tes biceps après chaque séance pour vérifier qu’ils n’ont pas trop gonflé, cet article est fait pour toi. On t’explique pourquoi, muscu ÀBLOCK! ou pas, t’es pas prête d’avoir le physique de Schwarzy…

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un nageur artistique et une pilote moto confrontés tous les deux au sexisme, une boxeuse ambitieuse ou encore 5 infos clés sur l’une des meilleures judokates mondiales, Clarisse Agbegnenou (sur notre photo), c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner