Le sport féminin ? En pleine lucarne !

sport feminin
L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d'Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Par Valérie Domain

Publié le 27 février 2020 à 11h20, mis à jour le 29 juin 2021 à 15h07

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Et si l’essor du sport féminin à la télévision n’était qu’une histoire de bricolage  ?

« Tout est parti de choix éditoriaux liés à des contraintes, explique Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES (Centre de droit et d’économie du sport). Les petites chaînes gratuites ne pouvant s’offrir d’événements sportifs masculins, elles se sont tournées vers des pratiques féminines afin de pouvoir inscrire du sport dans leurs grilles. Elles ne prenaient pas un risque majeur, les droits étaient peu chers. Ça a fonctionné et on a vu d’autres chaînes comme C8 ou W9 s’y intéresser aussi. Aujourd’hui, c’est au tour de grandes chaînes nationales. On est donc passé de la chaîne câblée à la TNT puis en prime time sur France 2 pour l’Euro de foot féminine et sur TF1 qui a acheté les droits de diffusion de la Coupe du monde 2019 en France. On peut alors dire qu’il y a une évolution et qu’elle est positive. »

Jackpot !

Positive mais encore fragile. Certaines chaines tendent de plus en plus à défendre la parité dans leurs grilles, surtout convaincues par les sondages qu’elles surfent ainsi sur une réelle tendance.

L’un d’eux, signé Odoxa, effectué en 2019, révèle en effet que 80 % des Français aimeraient voir plus de sport féminin à la télévision, considérant majoritairement que le sport féminin est aussi spectaculaire et intéressant que son pendant masculin.

Déjà, il y a trois ans, une étude du CSA sur le thème «  Sport et télévision » , révélait qu’entre 2011 et 2015, quatre des dix meilleures audiences des chaînes de la TNT gratuite* étaient des compétitions sportives féminines.  Et qui dit bonnes audiences dit jackpot.

Ce fut notamment le cas en 2015 pour W9 lorsque la petite chaîne du groupe M6 diffusa le Mondial de foot féminin. Le public se passionna pour les Bleues jusqu’à l’apothéose : un quart de finale suivi par 4 millions de téléspectateurs (26,2 % du public), la plus forte audience jamais réalisée par une chaîne de la TNT.

Résultat : le montant publicitaire engrangé battit lui aussi tous les records.

Un cercle vertueux

Equipe de France foot feminine
Défenseure du PSG et internationale de football, la Française Ève Périsset

Quatre ans plus tard, on refait le match  : TF1 enregistre elle aussi l’une de ses meilleures audiences de l’année, grâce au quart de finale de la Coupe du monde féminine de foot 2019 (10,71 millions de téléspectateurs devant France-Etats-Unis).

 Une excellente affaire donc qui fait réfléchir le reste du Paf (paysage audiovisuel français). Qui commence enfin à entrevoir un intérêt à diffuser du sport féminin. Intérêt partagé par les sponsors et les autres médias.

Un cercle vertueux serait-il en train de s’enclencher ?

« Le sport féminin devient attractif et spectaculaire, relève Christophe Lepetit. Les femmes sont plus performantes que jamais mais elles sont aussi les nouvelles représentantes des valeurs du sport. Le sport masculin a connu de très nombreuses dérives qui ont terni son image et tout cela contribue à renforcer l’attractivité des compétitions féminines. »

Les réjouissances attendront

Un sport féminin qui a représenté en 2017 entre 16  % et 20  % du volume horaire de diffusion de retransmissions sportives, contre 14 % en 2014 et 7 % en 2012**.

Pour autant, il y a encore du chemin à faire. S’il y a évolution positive, il n’y a pas parité, loin de là, les réjouissances attendront encore un peu.  

« On peut noter une trajectoire de progression qui est très encourageante, relevait ainsi la secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, lors de la troisième édition de « Sport Féminin Toujours » en février dernier. On peut dire aussi que les femmes constituent 52 % de l’humanité et que donc demander 50 % des retransmissions c’est déjà un compromis. Finalement, on pourrait se mettre d’accord sur ce chiffre de 50-50. »

D’autant que les chiffres d’audience démontrent que « le sport féminin dispose d’un public à fidéliser et à développer et que les femmes sont potentiellement des consommatrices de sport dans les médias, il faut maintenant les conquérir  », note l’étude CDES 2017.

Les conquérir en effet car selon Odoxa, le sport au féminin est surtout applaudit par les hommes, ils sont 75  % à  scruter les prouesses des sportives, contre 52 % des femmes. Le sport féminin le plus suivi est le football (52 %), devant le handball (41 %), en progression de 15 points en six mois.

Enfin, soyons clairs, les avancées en matière de parité sportive, que ce soit dans les médias ou dans les priorités des sponsors, reposent sur les épaules des athlètes françaises elles-mêmes.

« Ce qui intéresse le public, c’est l’équipe de France, note Christophe Lepetit. Seul l’effet patriote est capable de booster significativement les audiences. »

Autrement dit : plus les filles sauront prouver ce qu’elles savent très bien faire, plus le sport au féminin fera parler de lui.

* Hors chaînes dites « historiques »

** Selon les études CSA et CDES pour FDJ (2017)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Gardienne star du hockey sur gazon, la british Maddie Hinch aurait pu abandonner les terrains aussi vite qu’elle y a été célébrée. Héroïne des Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir stoppé quatre penaltys sur cinq, ouvrant la voie à la médaille d’or pour son équipe nationale, elle n’a pas su résister à la pression. Mais c’était mal connaître cette wondersportive qui a fini par se relever pour mieux remporter, cet été, la médaille de bronze aux Jeux de Tokyo. La numéro un mondial de la cage est toujours dans la place !

Lire plus »
La question qui tue fitness

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »

Le top 7 des Podcasts sur le sport féminin

Histoire de se cultiver, de se motiver et, pourquoi pas, à quelques heures du déconfinement, de réfléchir à un nouveau monde sportif, on poursuit les recommandations culturelles en vous demandant d’ouvrir grands vos oreilles. Place à la parole des sportives avec des podcasts 100% ÀBLOCK!

Lire plus »
Nouria Newman

Nouria Newman : « En kayak extrême, tu es seule face à toi-même. »

Baroudeuse kayakiste, elle maîtrise haut la main les rapides les plus dingues de la planète. À 28 ans, cette championne du monde de slalom en équipe et triple championne du monde de kayak extrême se fait désormais la main et la malle en kayak d’expédition aux conditions extrêmes. Accro à l’adrénaline, elle ne lâche jamais la pagaie. Un vent de fraîcheur sans langue de bois !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner