Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

sport feminin
L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d'Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Par Valérie Domain

Et si l’essor du sport féminin à la télévision n’était qu’une histoire de bricolage  ?

« Tout est parti de choix éditoriaux liés à des contraintes, explique Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES (Centre de droit et d’économie du sport). Les petites chaînes gratuites ne pouvant s’offrir d’événements sportifs masculins, elles se sont tournées vers des pratiques féminines afin de pouvoir inscrire du sport dans leurs grilles. Elles ne prenaient pas un risque majeur, les droits étaient peu chers. Ça a fonctionné et on a vu d’autres chaînes comme C8 ou W9 s’y intéresser aussi. Aujourd’hui, c’est au tour de grandes chaînes nationales. On est donc passé de la chaîne câblée à la TNT puis en prime time sur France 2 pour l’Euro de foot féminine et sur TF1 qui a acheté les droits de diffusion de la Coupe du monde 2019 en France. On peut alors dire qu’il y a une évolution et qu’elle est positive. »

Jackpot !

Positive mais encore fragile. Certaines chaines tendent de plus en plus à défendre la parité dans leurs grilles, surtout convaincues par les sondages qu’elles surfent ainsi sur une réelle tendance.

L’un d’eux, signé Odoxa, effectué en 2019, révèle en effet que 80 % des Français aimeraient voir plus de sport féminin à la télévision, considérant majoritairement que le sport féminin est aussi spectaculaire et intéressant que son pendant masculin.

Déjà, il y a trois ans, une étude du CSA sur le thème «  Sport et télévision » , révélait qu’entre 2011 et 2015, quatre des dix meilleures audiences des chaînes de la TNT gratuite* étaient des compétitions sportives féminines.  Et qui dit bonnes audiences dit jackpot.

Ce fut notamment le cas en 2015 pour W9 lorsque la petite chaîne du groupe M6 diffusa le Mondial de foot féminin. Le public se passionna pour les Bleues jusqu’à l’apothéose : un quart de finale suivi par 4 millions de téléspectateurs (26,2 % du public), la plus forte audience jamais réalisée par une chaîne de la TNT.

Résultat : le montant publicitaire engrangé battit lui aussi tous les records.

Un cercle vertueux

Equipe de France foot feminine
Défenseure du PSG et internationale de football, la Française Ève Périsset

Quatre ans plus tard, on refait le match  : TF1 enregistre elle aussi l’une de ses meilleures audiences de l’année, grâce au quart de finale de la Coupe du monde féminine de foot 2019 (10,71 millions de téléspectateurs devant France-Etats-Unis).

 Une excellente affaire donc qui fait réfléchir le reste du Paf (paysage audiovisuel français). Qui commence enfin à entrevoir un intérêt à diffuser du sport féminin. Intérêt partagé par les sponsors et les autres médias.

Un cercle vertueux serait-il en train de s’enclencher ?

« Le sport féminin devient attractif et spectaculaire, relève Christophe Lepetit. Les femmes sont plus performantes que jamais mais elles sont aussi les nouvelles représentantes des valeurs du sport. Le sport masculin a connu de très nombreuses dérives qui ont terni son image et tout cela contribue à renforcer l’attractivité des compétitions féminines. »

Les réjouissances attendront

Un sport féminin qui a représenté en 2017 entre 16  % et 20  % du volume horaire de diffusion de retransmissions sportives, contre 14 % en 2014 et 7 % en 2012**.

Pour autant, il y a encore du chemin à faire. S’il y a évolution positive, il n’y a pas parité, loin de là, les réjouissances attendront encore un peu.  

« On peut noter une trajectoire de progression qui est très encourageante, relevait ainsi la secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, lors de la troisième édition de “Sport Féminin Toujours” en février dernier. On peut dire aussi que les femmes constituent 52 % de l’humanité et que donc demander 50 % des retransmissions c’est déjà un compromis. Finalement, on pourrait se mettre d’accord sur ce chiffre de 50-50. »

D’autant que les chiffres d’audience démontrent que « le sport féminin dispose d’un public à fidéliser et à développer et que les femmes sont potentiellement des consommatrices de sport dans les médias, il faut maintenant les conquérir  », note l’étude CDES 2017.

Les conquérir en effet car selon Odoxa, le sport au féminin est surtout applaudit par les hommes, ils sont 75  % à  scruter les prouesses des sportives, contre 52 % des femmes. Le sport féminin le plus suivi est le football (52 %), devant le handball (41 %), en progression de 15 points en six mois.

Enfin, soyons clairs, les avancées en matière de parité sportive, que ce soit dans les médias ou dans les priorités des sponsors, reposent sur les épaules des athlètes françaises elles-mêmes.

« Ce qui intéresse le public, c’est l’équipe de France, note Christophe Lepetit. Seul l’effet patriote est capable de booster significativement les audiences. »

Autrement dit : plus les filles sauront prouver ce qu’elles savent très bien faire, plus le sport au féminin fera parler de lui.

* Hors chaînes dites « historiques »

** Selon les études CSA et CDES pour FDJ (2017)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Serge Simon

Serge Simon : ma fille, le rugby et nous. (Le dessous des pelouses. Épisode 8)

Le rugbyman Serge Simon est le numéro 2 de la Fédération française de rugby. C’est aussi un père. Sa fille, Marion, est l’une des réalisatrices de notre podcast « Le dessous des pelouses » qui nous embarque dans les coulisses de son équipe de rugbywomen. Pour elle, il a accepté de se confier sur la place du ballon ovale dans sa vie, mais aussi sur le rugby féminin. Un face à face à la fois percutant, sensible et chaleureux.

Lire plus »
Nita Ambani

Nita Ambani, la First Lady du sport en Inde

Première femme indienne membre du Comité International Olympique et copropriétaire de l’équipe star de cricket “Mumbai Indians”, Nita Ambani est une philanthrope qui compte dans le monde sportif. Portrait de l’une des leaders les plus influentes du sport en 2020.

Lire plus »

Bouger, j’aimerais bien mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »