Rechercher

Coralie Demay La cycliste qui ne perd jamais les pédales

Coralie Demay, la cycliste qui ne perd jamais les pédales
Elle a délaissé la piste pour prendre la route. À 30 ans, Coralie Demay pratique le cyclisme dans toutes ses dimensions. La voilà en chemin pour boucler son deuxième Tour de France et elle en veut. Portrait d’une Morbihannaise qui n’a pas peur d’avaler les kilomètres.

Par Timéo Gomes

Publié le 28 juillet 2023 à 17h00

La Bretagne a vu naître bon nombre de cyclistes, masculins comme féminins. Cette année neuf Bretonnes arpentent les routes de la Grande Boucle, parmi elles, Coralie Demay.

Le 10 octobre 1992, elle pointe le bout de son nez et, haute comme trois pommes, découvre le vélo grâce à ses frères. Son père est militaire et par essence nomade. Lorsque la famille déménage au Togo, en Afrique, la Morbihannaise délaisse quelques temps le vélo pour mieux pratiquer d’autres sports comme le judo, la gymnastique et surtout l’équitation.

Mais la jeune Coralie rêve de remonter en selle et, adolescente, lorsqu’elle revient dans l’Hexagone, elle ressort ce bon vieux vélo du placard pour prendre sa première licence au Véloce Vannetais. Pour l’Elvinoise, le cyclisme n’était alors qu’un passe-temps, elle est loin de s’imaginer y faire carrière. Pourtant, à 18 ans, elle intègre le pôle espoir de Lorient. Dans ce milieu exclusivement masculin, Coralie Demay doit se dépasser pour « survivre ».

©A.S.O. Thomas Maheux

Cette expérience lorientaise lui apprend à se concentrer sur ses performances et à exceller. Un apprentissage qui lui est bien utile dès l’année suivante, en 2011, lorsqu’elle commence les compétitions. Un début de carrière classique sur route, mais la Française se spécialise dans un tout autre domaine, le cyclisme sur piste.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle va très rapidement s’exprimer dans cette discipline. En 2012, Coralie Demay est championne de France par équipe accompagnée d’une certaine Aude Biannic, de Laudine Génée et de Coralie Sero. Puis, en 2013, elle décroche le titre de championne de France de la course aux points, son premier succès individuel.

L’apothéose survient quelques années plus tard, en 2017, dans ces mêmes championnats de France, lorsque sur six épreuves disputées, elle en remporte cinq : la poursuite, la poursuite par équipe, la course aux points, le scratch et l’omnium. Seule épreuve qui lui échappe, l’américaine, et de peu puisqu’elle finit deuxième. Un braquage à la française. Au total, sur toute sa carrière, Coralie Demay comptabilise treize titres de championne de France.

©ASO

Là où la coureuse se démarque, c’est assurément dans sa polyvalence. Entre piste et route, elle a toujours tenu à pratiquer les deux pour son équilibre personnel, comme elle le dit à Velo101 : « Je ne me vois pas faire l’un sans l’autre, ces deux disciplines m’apportent beaucoup et sont complémentaires dans ma progression ».

Mais alors sur route, qu’est-ce qu’elle donne la Bretonne ? Son parcours est moins victorieux que sur piste mais semble prendre un tournant intéressant ces dernières années. En 2022, elle participe à son premier grand Tour, qui plus est à domicile puisqu’elle est alignée avec son équipe St Michel-Mavic-Auber 93 sur le Tour de France qu’elle finit à la vingt-quatrième position. Une performance solide qui pousse sa formation à lui faire confiance et à la sélectionner pour la Vuelta de cette année où elle décroche la trente-et-unième place.

Mais l’évènement de l’année pour la Morbihannaise, c’est bien le Tour de France 2e édition, sur lequel elle est alignée en tant que leader de son équipe, ce qui la galvanise : « J’ai envie de leur montrer qu’ils ont eu raison de me faire confiance […] Je suis prête à me battre », confiait-elle à DirectVelo.

Coralie Demay avant le Tour de France Femmes 2022

À la moitié du parcours, Coralie Demay pointe à la cinquante-huitième place. Loin de ses objectifs pour l’instant, mais l’espoir est permis, il reste quelques étapes dont la septième dans le col du Tourmalet où elle bénéficiera de l’aide de toute son équipe pour la mener au bout, ainsi qu’un contre-la-montre le dernier jour.

Un combat contre elle-même pour espérer marquer les esprits et continuer sur sa belle lancée.

©A.S.O. Thomas Maheux

Ouverture ©Loïc Déniel/Bretagne Ladies Tour Ceratizit

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Coupe du Monde féminine de rugby 2022, le récap'

Coupe du monde féminine de rugby 2022, le récap’

Une nouvelle fois, les Bleues grimpent sur la troisième marche du podium d’une Coupe du monde de rugby. Une régularité qui, certes, impose le respect et témoigne d’un groupe bourré de talent et de caractère, mais ce XV de France voulait encore mieux. On refait les matches !

Lire plus »
Mathilde Gros

Mathilde Gros : « Je veux tout, tout de suite, alors je fonce ! »

Une étoile de la piste. À 21 ans, la coureuse cycliste, multi-médaillée en France et à l’international, est aussi précoce qu’impressionnante. Passionnée, la gagne au corps, Mathilde Gros est une pistarde qui a la vitesse dans le sang. Ses résultats décevants aux derniers Mondiaux digérés, la voilà décidée à s’imposer aux JO de Tokyo, l’an prochain. Rencontre avec une atypique intrépide.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo, le cœur en apnée

En avril, elle remportait la compétition internationale d’apnée qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte, battant à trois reprises le record de France en se propulsant en bi-palmes à 85, 87 et 89 mètres. L’apnésite française Alice Modolo est de nouveau dans la place pour le Championnat de France en eau libre, ce week-end.

Lire plus »
Laura Gauché, l'étoile bleue qui grimpe…

Laura Gauché, l’étoile bleue qui grimpe…

Atteindre des sommets, c’est ce qui l’a toujours fait vibrer. Depuis plusieurs années, skis aux pieds, Laura Gauché glisse vers un avenir glorieux. Les Championnats du Monde de ski alpin qui viennent de s’ouvrir à Courchevel-Méribel sont un jeu de pistes extra pour une enfant de la région.

Lire plus »

Le Trail de la Peur… mieux vaut courir vite !

Il était une fois un… territoire zombie. Le Samedi 4 novembre, l’île de Loisirs de Jablines-Annet (77) se métamorphose, tel un loup-garou, à la nuit tombée. À vous le parcours nocturne immersif 100 % Halloween vibes. Prêts pour le trail de la peur de votre vie ?

Lire plus »
Championnat du Monde féminin de handball 2023, le récap'

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des disciplines qui goûtent à l’olympisme, un docu pour breaker, un retour sur des Bleues qui ramènent la Coupe à la maison (nos championnes du monde de handball sur notre photo) et une combattante engagée, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon récap’ !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une hip hop girl alsacienne, une fille montée sur roulettes, mais aussi deux championnes de natation, l’une d’antan à l’attitude trop sulfureuse, l’autre d’aujourd’hui qui a su revenir plus forte après une période douloureuse (Charlotte Bonnet sur notre photo), ou encore une lanceuse de disque qui ne nous cache rien… C’est dimanche, c’est best-of. Profitez !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Diane Marie-Hardy

Le questionnaire sportif de… Diane Marie-Hardy

Elle ambitionnait les JO, mais son corps a dit stop. En plein championnats de France Elite d’athlétisme, en juin dernier, l’heptathlète Diane Marie-Hardy a dû renoncer à toutes les compétitions en raison d’une blessure au tendon d’Achille. Mais cette sportive acharnée n’a pas dit son dernier mot et a repris sa préparation physique. Entre deux entraînements, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner