Rechercher

Coralie Demay La cycliste qui ne perd jamais les pédales

Coralie Demay, la cycliste qui ne perd jamais les pédales
Elle a délaissé la piste pour prendre la route. À 30 ans, Coralie Demay pratique le cyclisme dans toutes ses dimensions. La voilà en chemin pour boucler son deuxième Tour de France et elle en veut. Portrait d’une Morbihannaise qui n’a pas peur d’avaler les kilomètres.

Par Timéo Gomes

Publié le 28 juillet 2023 à 17h00

La Bretagne a vu naître bon nombre de cyclistes, masculins comme féminins. Cette année neuf Bretonnes arpentent les routes de la Grande Boucle, parmi elles, Coralie Demay.

Le 10 octobre 1992, elle pointe le bout de son nez et, haute comme trois pommes, découvre le vélo grâce à ses frères. Son père est militaire et par essence nomade. Lorsque la famille déménage au Togo, en Afrique, la Morbihannaise délaisse quelques temps le vélo pour mieux pratiquer d’autres sports comme le judo, la gymnastique et surtout l’équitation.

Mais la jeune Coralie rêve de remonter en selle et, adolescente, lorsqu’elle revient dans l’Hexagone, elle ressort ce bon vieux vélo du placard pour prendre sa première licence au Véloce Vannetais. Pour l’Elvinoise, le cyclisme n’était alors qu’un passe-temps, elle est loin de s’imaginer y faire carrière. Pourtant, à 18 ans, elle intègre le pôle espoir de Lorient. Dans ce milieu exclusivement masculin, Coralie Demay doit se dépasser pour « survivre ».

©A.S.O. Thomas Maheux

Cette expérience lorientaise lui apprend à se concentrer sur ses performances et à exceller. Un apprentissage qui lui est bien utile dès l’année suivante, en 2011, lorsqu’elle commence les compétitions. Un début de carrière classique sur route, mais la Française se spécialise dans un tout autre domaine, le cyclisme sur piste.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle va très rapidement s’exprimer dans cette discipline. En 2012, Coralie Demay est championne de France par équipe accompagnée d’une certaine Aude Biannic, de Laudine Génée et de Coralie Sero. Puis, en 2013, elle décroche le titre de championne de France de la course aux points, son premier succès individuel.

L’apothéose survient quelques années plus tard, en 2017, dans ces mêmes championnats de France, lorsque sur six épreuves disputées, elle en remporte cinq : la poursuite, la poursuite par équipe, la course aux points, le scratch et l’omnium. Seule épreuve qui lui échappe, l’américaine, et de peu puisqu’elle finit deuxième. Un braquage à la française. Au total, sur toute sa carrière, Coralie Demay comptabilise treize titres de championne de France.

©ASO

Là où la coureuse se démarque, c’est assurément dans sa polyvalence. Entre piste et route, elle a toujours tenu à pratiquer les deux pour son équilibre personnel, comme elle le dit à Velo101 : « Je ne me vois pas faire l’un sans l’autre, ces deux disciplines m’apportent beaucoup et sont complémentaires dans ma progression ».

Mais alors sur route, qu’est-ce qu’elle donne la Bretonne ? Son parcours est moins victorieux que sur piste mais semble prendre un tournant intéressant ces dernières années. En 2022, elle participe à son premier grand Tour, qui plus est à domicile puisqu’elle est alignée avec son équipe St Michel-Mavic-Auber 93 sur le Tour de France qu’elle finit à la vingt-quatrième position. Une performance solide qui pousse sa formation à lui faire confiance et à la sélectionner pour la Vuelta de cette année où elle décroche la trente-et-unième place.

Mais l’évènement de l’année pour la Morbihannaise, c’est bien le Tour de France 2e édition, sur lequel elle est alignée en tant que leader de son équipe, ce qui la galvanise : « J’ai envie de leur montrer qu’ils ont eu raison de me faire confiance […] Je suis prête à me battre », confiait-elle à DirectVelo.

Coralie Demay avant le Tour de France Femmes 2022

À la moitié du parcours, Coralie Demay pointe à la cinquante-huitième place. Loin de ses objectifs pour l’instant, mais l’espoir est permis, il reste quelques étapes dont la septième dans le col du Tourmalet où elle bénéficiera de l’aide de toute son équipe pour la mener au bout, ainsi qu’un contre-la-montre le dernier jour.

Un combat contre elle-même pour espérer marquer les esprits et continuer sur sa belle lancée.

©A.S.O. Thomas Maheux

Ouverture ©Loïc Déniel/Bretagne Ladies Tour Ceratizit

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Tour de France Femmes 2022 : l'histoire à coups de pédales

Tour de France Femmes 2022 : l’histoire à coups de pédales

À partir de ce dimanche et jusqu’au 31 juillet, la première édition du Tour de France Femmes se déroule dans le Grand-Est. Etapes longues, rapides ou en montagne, les cent-quarante-quatre participantes (dont Elizabeth Deignan sur notre photo) auront fort à faire pour venir à bout des 1029 kilomètres programmés. Présentation.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Le questionnaire sportif de…Lorette Charpy

Médaillée de bronze à la poutre aux championnats d’Europe de 2019, en Pologne, couplé à l’argent au concours général individuel des Jeux européens de Minsk, en Biélorussie, la gymnaste de Saint-Etienne, Lorette Charpy, victime d’une grave blessure au genou en mars dernier, n’avait pas pu participer aux JO de Tokyo et ne sera pas non plus aux Championnats du monde, le mois prochain. Mais elle ne lâche rien et se prépare déjà pour Paris 2024. Entre deux séances de rééducation, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
La question qui tue

En sport, la récup, c’est obligé ?

On les adore ces séances où on pète la forme, où tous les exercices nous semblent easy, où on se dépasse en mode “même pas mal“. Forcément, ça donne envie de recommencer. Vite, trop vite. Et c’est là que la récupération joue son rôle. Pas convaincu ? Lis plutôt la réponse de notre coach, Nathalie Servais !

Lire plus »
Le Q&A de l'haltérophile Romain Imadouchène

Le Q&A de l’haltérophile Romain Imadouchène

Sur ÀBLOCK!, nous mettons en lumière des championnes, mais il arrive que notre cœur fasse boom pour un champion et c’est le cas avec l’haltérophile dunkerquois Romain Imadouchène, généreux et déterminée. Alors, pourquoi se passer d’en parler ? Petit Q&A avec un sacré bonhomme.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner