Hazal Nehir Folle de toits

Hazal Nehir, folle de toits
Rien ne l'amuse davantage que de jouer les acrobates. Hazal Nehir, l'un des espoirs du free running, s'est illustrée au ciné, dans l'ombre de Tom Cruise. Portrait d'une intrépide qui trouve dans cette discipline dérivée du parkour, un moyen de s'exprimer avec son corps.

Par Alexandre Hozé

Publié le 13 juin 2022 à 18h22, mis à jour le 14 juin 2022 à 8h44

Qui ne frissonne pas en surprenant des acrobates sauter de toit en toit ? 

En plein essor, ces dernières années, le parkour et son dérivé plus théâtral le free-running, qui met l’accent sur l’art plutôt que sur l’efficacité et la vitesse, sont des disciplines stars sur les réseaux sociaux.

Course à pied, sauts, escalade, virages, chutes ou déplacements en équilibre… tout obstacle urbain ou naturel est la proie des mouvements rapides et agiles de champions et championnes qui ne se privent pas d’illustrer leurs bluffantes envolées sur les réseaux.

Hazal Nehir fait partie de ces têtes de liste.

©Samo Vidic/Red Bull Content Pool

Née le 21 mai 1994 à Ankara, en Turquie, la demoiselle pèse lourd sur YouTube et Instagram. Avec les vidéos qu’elle poste, le contraire serait étonnant. 

Tout le monde n’est pas en mesure d’assurer les cascades d’un film de Michael Bay, tout le monde ne peut pas remporter une course de vitesse de parkour à Singapour, tout le monde n’est pas capable de vivre grâce au free-running. Mais Hazal Nehir, si. 

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Pourtant, son arrivée dans cet univers est le fruit du hasard. Ancienne B-Girl (breakdance), Hazal Nehir a toujours voulu s’exprimer, sans contrainte, avec un corps qu’elle souhaite malléable.

En 2014, elle rencontre un groupe de pratiquants de parkour (PK). Et à partir de là, bonne chance pour la rattraper au vol !

Son projet de vie prend un autre chemin. Adieu l’ingénierie, place à un entraînement intensif ! En parallèle d’études des sciences du sport, Hazal Nehir pratique sa discipline minutieusement. D’abord, les bases du parkour puis la maîtrise du free-running. Rien n’est laissé au hasard. 

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

La championne répète les figures jusqu’à les maîtriser parfaitement, se filmant durant ses répétitions afin de dénicher la moindre petite erreur. « Il n’y a pas de règles établies et c’est la beauté du free-running, dit-elle. Chacun peut bouger différemment et montrer son style unique. C’est ce qui rend ce sport unique. »

Guidée par l’exigence d’une sportive de haut niveau, Hazal Nehir devient une référence du free-running et en fait la promotion dans son pays natal. 

Michael Bay est, lui aussi, séduit par cette fille à la fois artiste et sportive qui se déplace comme personne dans l’environnement urbain. Le réalisateur américain décide de mettre à contribution la traceuse turque pour son film 6 Underground. Les cascades y sont impressionnantes. 

Mais Hazal Nehir ne brille pas qu’à Hollywood, 2019 est une riche année pour elle. En plus de remporter le Lion City Gathering de Singapour, elle devient la première athlète turque à se qualifier pour les Red Bull Art of Motion Finals dont les vidéos deviennent vite virales. Deux ans plus tard, elle est nommée pour le Taurus World Stunt Award.

Le grand écran réussit à l’athlète, même si, pour l’instant, YouTube et Instagram restent son terrain de prédilection. Mais il ne serait pas surprenant que Michael Bay fasse de nouveau appel à ses acrobaties. 

Tom Cruise, c’est bien, mais tout de même un peu léger s’il n’était accompagné du talent d’Hazal Nehir…

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Pour suivre Hazal Nehir sur Youtube, c’est par ici.

Ouverture ©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Greta Andersen

Greta Andersen, la nageuse qui a failli se noyer aux JO

Elle a appris à nager sur le tard, ce qui ne l’a pas empêchée de marquer de son empreinte l’histoire de la natation mondiale. Greta Marie Andersen, bientôt 94 ans, a porté haut les couleurs du Danemark en bassins et en eau vive. Un parcours extraordinaire qui aurait pu connaître une issue dramatique lorsqu’elle manqua, de peu, se noyer lors des Jeux Olympiques de Londres, en 1948. Portrait d’une nageuse « à la coule ».

Lire plus »
Arnaud Manzanini, le cycliste qui roule à l'extrême

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des ouvrages pour se réchauffer, un cycliste qui n’a pas froid aux yeux (Arnaud Manzanini sur notre photo), les prémices d’une course engagée, le portrait d’une représentante de l’olympisme, des rencontres avec une fille qui écrit l’histoire sur la patinoire, une autre qui l’a écrite sur les pistes et le témoignage d’une warrior. Récap’ de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Lis Hartel

Lis Hartel, la cavalière pour qui aucun obstacle n’était trop grand

Première cavalière médaillée aux Jeux Olympiques, la Danoise Lis Hartel était une dresseuse hors pair. Légende du monde équestre, elle a raflé plus d’une médaille alors même qu’elle luttait contre une poliomyélite. À cheval et en béquilles, ses combats sont encore aujourd’hui source d’inspiration. À l’heure où les meilleurs cavaliers se retrouvent au Longines Paris Eiffel Jumping, l’occasion est belle de rendre hommage à cette pionnière dotée d’une remarquable force mentale.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
Serena Williams, This is the end…

Serena Williams, this is the end…

C’est désormais officiel, sa carrière va prendre fin. Après un dernier US Open fin août, Serena Williams bouclera quatre décennies de succès. En simple comme en double, avec ou contre sa sœur, elle est devenue une, si ce n’est LA référence, du tennis féminin. Décryptage d’une icône en 5 infos.

Lire plus »
Le Money Time, Cékoiça ?

Le Money Time ? Cékoiça ?

Les fans de basket comprendront ce terme, d’autres amateurs de sports collectifs aussi, mais les autres… Car même avec une traduction assez simple à obtenir, ce terme n’est pas clair. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Marion Joffle

Marion Joffle : « Quand je nage dans l’eau glacée, je suis comme dans une bulle. »

Elle a goûté à l’eau froide, il y a quatre ans. Depuis, Marion Joffle enchaîne les défis, établit de nouveaux records mondiaux et rafle toutes les médailles sur son passage, avec comme unique objectif de se dépasser. La nageuse surnommée « Le Pingouin », le prouvera encore, en 2022, avec la traversée de la Manche. Nous l’avions suivie lors des Mondiaux en eau glacée, juste avant la pandémie, en Slovénie. Fraîche rencontre avec une fille joyeusement « givrée ».

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner