Hazal Nehir Folle de toits

Hazal Nehir, folle de toits
Rien ne l'amuse davantage que de jouer les acrobates. Hazal Nehir, l'un des espoirs du free running, s'est illustrée au ciné, dans l'ombre de Tom Cruise. Portrait d'une intrépide qui trouve dans cette discipline dérivée du parkour, un moyen de s'exprimer avec son corps.

Par Alexandre Hozé

Publié le 13 juin 2022 à 18h22, mis à jour le 14 juin 2022 à 8h44

Qui ne frissonne pas en surprenant des acrobates sauter de toit en toit ? 

En plein essor, ces dernières années, le parkour et son dérivé plus théâtral le free-running, qui met l’accent sur l’art plutôt que sur l’efficacité et la vitesse, sont des disciplines stars sur les réseaux sociaux.

Course à pied, sauts, escalade, virages, chutes ou déplacements en équilibre… tout obstacle urbain ou naturel est la proie des mouvements rapides et agiles de champions et championnes qui ne se privent pas d’illustrer leurs bluffantes envolées sur les réseaux.

Hazal Nehir fait partie de ces têtes de liste.

©Samo Vidic/Red Bull Content Pool

Née le 21 mai 1994 à Ankara, en Turquie, la demoiselle pèse lourd sur YouTube et Instagram. Avec les vidéos qu’elle poste, le contraire serait étonnant. 

Tout le monde n’est pas en mesure d’assurer les cascades d’un film de Michael Bay, tout le monde ne peut pas remporter une course de vitesse de parkour à Singapour, tout le monde n’est pas capable de vivre grâce au free-running. Mais Hazal Nehir, si. 

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Pourtant, son arrivée dans cet univers est le fruit du hasard. Ancienne B-Girl (breakdance), Hazal Nehir a toujours voulu s’exprimer, sans contrainte, avec un corps qu’elle souhaite malléable.

En 2014, elle rencontre un groupe de pratiquants de parkour (PK). Et à partir de là, bonne chance pour la rattraper au vol !

Son projet de vie prend un autre chemin. Adieu l’ingénierie, place à un entraînement intensif ! En parallèle d’études des sciences du sport, Hazal Nehir pratique sa discipline minutieusement. D’abord, les bases du parkour puis la maîtrise du free-running. Rien n’est laissé au hasard. 

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

La championne répète les figures jusqu’à les maîtriser parfaitement, se filmant durant ses répétitions afin de dénicher la moindre petite erreur. « Il n’y a pas de règles établies et c’est la beauté du free-running, dit-elle. Chacun peut bouger différemment et montrer son style unique. C’est ce qui rend ce sport unique. »

Guidée par l’exigence d’une sportive de haut niveau, Hazal Nehir devient une référence du free-running et en fait la promotion dans son pays natal. 

Michael Bay est, lui aussi, séduit par cette fille à la fois artiste et sportive qui se déplace comme personne dans l’environnement urbain. Le réalisateur américain décide de mettre à contribution la traceuse turque pour son film 6 Underground. Les cascades y sont impressionnantes. 

Mais Hazal Nehir ne brille pas qu’à Hollywood, 2019 est une riche année pour elle. En plus de remporter le Lion City Gathering de Singapour, elle devient la première athlète turque à se qualifier pour les Red Bull Art of Motion Finals dont les vidéos deviennent vite virales. Deux ans plus tard, elle est nommée pour le Taurus World Stunt Award.

Le grand écran réussit à l’athlète, même si, pour l’instant, YouTube et Instagram restent son terrain de prédilection. Mais il ne serait pas surprenant que Michael Bay fasse de nouveau appel à ses acrobaties. 

Tom Cruise, c’est bien, mais tout de même un peu léger s’il n’était accompagné du talent d’Hazal Nehir…

©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Pour suivre Hazal Nehir sur Youtube, c’est par ici.

Ouverture ©Nuri Yılmazer/Red Bull Content Pool

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

On vous voit venir, inutile de le nier. Cette belle excuse de la séance de sport pour pouvoir aller picoler ensuite, tellement déculpabilisant, pas vrai ? Nous, ici, on est ÀBLOCK! et pas là pour interdire quoique ce soit. Notre truc, ce sont les faits. Réponse à cette question existentielle de notre coach qui ne se noie jamais dans un verre d’eau.

Lire plus »
Amy Bond

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une Pole danseuse qui tient bon la barre (Amy Bond, notre photo), une arbitre et une apnéiste soumises à la question et qui ne nous cachent rien (ou presque), une étoile du parkour qui a la tête dure, mais aussi une légende de l’athlétisme mondial, une reine des tapis qui a pris la bonne vague et quelques initiatives pour être ÀBLOCK! ensemble, c’est bon, ça !

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Leïla Heurtault

Jeux Olympiques : karaté, un petit JO et puis s’en va !

Après des années à batailler pour intégrer le giron des sports olympiques, le karaté a obtenu gain de cause et sera (enfin !) de la partie aux Jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août. Avant de disparaître aussi vite du programme des JO 2024, à Paris. Retour sur une épopée éprouvante.

Lire plus »
Agathe Bessard

Agathe Bessard : « En skeleton, t’as pas le choix, il faut foncer ! »

Une fusée qui glisse comme elle respire, un sang-froid et une concentration inébranlables… Celle qui aime se surnommer « Fast & Curious » a une longueur d’avance : pionnière dans le skeleton féminin français, médaillée de bronze aux JO de La Jeunesse 2016, vice-championne d’Europe junior par deux fois et au bout du tunnel (de glace) : les JO d’hiver 2022. Rencontre tout schuss avec une reine de la luge.

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Au Québec, elle est la bonne fée du baseball féminin. L’ex-lanceuse de l’équipe canadienne, veille au développement d’un sport encore trop souvent conjugué au masculin. Grâce à elle, les filles prennent la balle au bond, sur le terrain comme dans la vie. Son maître-mot : leadership ! Portrait d’une championne pour qui rien n’a jamais été gravé dans le marbre.

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner