Rechercher

Coco Gauff 5 infos sur la nouvelle fusée du tennis américain

5 infos sur Coco Gauff
À seulement 19 ans, Coco Gauff s'est déjà fait une belle réputation. Entre son talent indéniable sur les courts de tennis, son palmarès déjà digne des meilleures et ses engagements sociétaux, rien de très surprenant ! Si on croquait la prodige américaine en 5 infos ?

Par Alexandre Hozé

Publié le 08 mai 2023 à 19h36

1. Commencer fort 

Ça fait déjà quelques saisons que Coco Gauff fait parler d’elle raquette en main… Jusque-là, rien d’anormal, une tenniswoman de cet acabit, ça se remarque ! 

Demandez à Patrick Mouratoglou… L’ancien entraîneur de Serena Williams en a vu passer des talents dans son académie, les places y sont chères ! Mais quand une jeune Américaine d’alors 11 ans en 2015 joue devant lui, l’hésitation ne fit pas partie de l’équation… 

Coco Gauff (Cori de son prénom) a commencé à faire parler d’elle dès la catégorie junior. C’est simple, elle fait partie des toutes meilleures jeunes du circuit féminin. 

Jugez plutôt : une finale de l’US Open junior en 2017 suivie d’une victoire sur la terre battue parisienne en 2018, à seulement 14 ans et 2 mois, s’il vous plaît. 

Fin 2018, Coco Gauff est la numéro 2 mondial du classement féminin des juniors. C’est ok, la jeune prodige du tennis a compris comment ça marchait, maintenant, elle veut (encore) plus ! 

Pour se faire, elle ne va pas attendre et, à 15 ans, elle fait tout simplement ses débuts sur le circuit WTA. Nous sommes en 2019. Ça ne fait que commencer.

2. Continuer sur sa lancée 

Sa première saison dans la cour des grandes a donc eu lieu en 2019. Ça vaut le coup de s’en souvenir, vous pourrez ressortir cette info quand elle sera au top du top. Si ce n’est pas déjà le cas, d’ailleurs… 

C’est le 21 mars 2019 que, pour la première fois, Coco Gauff remporte un match sur le circuit WTA. Sa jeune compatriote et future coéquipière en double Catherine McNelly devient la première inscrite au palmarès de « Coco ». 

Mais rapidement, d’autres noms vont suivre. De très gros noms. Peut-être même le plus gros nom de l’histoire du tennis féminin (on parle bien du nom de famille). Après s’être sortie des qualifications de Wimbledon, Coco Gauff affronte en effet au premier tour Venus Williams. Et contre toute attente, la jeune Américaine surclasse son idole en deux sets ! On vous le rappelle, Venus Williams, c’est cinq victoires à Wimbledon ! Mais bon, visiblement, ça n’impressionne pas tout le monde… 

Après un succès aussi flamboyant, la pression… Battre ainsi Venus Williams, ça ressemble bien à une passation de pouvoir ! Et Coco Gauff assume. Elle se hisse jusqu’en huitièmes de finale de Wimbledon, à 15 ans ! 

Dans la foulée, elle gagne son premier tournoi WTA en double (avec Catherine McNelly), puis son premier trophée en simple sur les terres autrichiennes, avant de remporter un deuxième tournoi en double ! 

Tu parles d’une première saison… 

3. Faire déjà partie des meilleures 

Les saisons qui vont suivre ne vont pas être mal non plus (doux euphémisme). Sa chasse aux gros noms du circuit WTA continue, et c’est au tour de Naomi Osaka de tomber sous les coups droits et revers de Coco Gauff. Pourtant tenante du titre de l’Open d’Australie en 2020, la Japonaise n’a rien pu faire face à la jeune prodige US. 

Comme à son habitude, Coco Gauff est loin de se relâcher, bien au contraire… Elle remporte son deuxième titre en simple et son troisième tournoi en double à Parme, avant de se hisser jusqu’aux quarts de finale de Roland-Garros. Et oui, on y reviendra, mais la terre battue parisienne réussit on ne peut mieux à « Coco ». 

Sa saison 2020 se termine aux portes de la finale en double à l’US Open, toujours avec sa compatriote Catherine McNelly. Cette ultime défaite déçoit Coco Gauff, malgré le superbe parcours des deux jeunes Américaines devant leur public. 

En 2021, comme le reste du monde, pause Covid. Mais en 2022, Coco Gauff acte une chose : c’est déjà une des meilleures. 

Elle va en quarts de finale lors de l’Open d’Australie, en finale à Roland-Garros (en double comme en simple), en quarts à l’US Open... Cerise sur le gâteau, elle grimpe au sommet du classement en double. 

Tout le monde l’a bien compris, Coco Gauff n’est plus une outsider désormais… À 18 ans, elle a intégré le cercle très fermé des tenniswomen sur lesquelles il faut compter. 

4. Être bien plus qu’une athlète

« More than an athlete » … Lebron James l’avait bien compris et s’est lancé dans cette mouvance. Il a fallu très peu de temps à Coco Gauff pour suivre le courant. 

Après le meurtre de Georges Floyd par des policiers américains qui a entraîné le mouvement Black Lives Matter, miss Gauff s’exprime, milite, fait entendre sa voix…

À l’instar des Megan Rapinoe, Serena Williams, Colin Kaepernick et autres athlètes inspirants, Coco Gauff profite de sa notoriété pour entrer dans la bataille et défend un monde un peu plus juste. Impressionnante de maturité, elle multiplie les messages engagés sur les courts et sur ses réseaux sociaux… 

Lors du Roland-Garros 2022, durant son ascension vers sa première finale d’un tournoi du Grand Chelem en simple, après un énième massacre à l’arme à feu aux États-Unis, la joueuse se saisit d’un stylo et écrit sur la caméra : « Paix, mettez un terme à la violence armée ». 

À 19 ans, bien d’autres combats sont à venir pour Coco Gauff. On ne doute pas un seul instant de sa capacité à surmonter les obstacles. C’est ce qui s’appelle être ÀBLOCK!.

5. Avoir un avenir doré devant soi

En 2023, Coco Gauff continue sur sa lancée. Elle a remporté son troisième titre WTA en simple, ses septièmes et huitièmes tournois en double… 

Alors que Serena Williams a déjà remisé ses raquettes au placard depuis quelques mois, un nouveau visage américain s’élève peu à peu dans le circuit du tennis féminin. À 19 ans, the sky is the limit pour Coco Gauff ! 

Est-ce qu’elle nous gratifiera d’un nouveau parcours incroyable Porte d’Auteuil ? Ou est-ce qu’elle ira chercher le Graal devant son public lors de l’US Open ? Est-ce que c’est pour cette année ? 

Difficile à dire, mais une chose est sûre, peu importe la pression, Coco compte bien faire parler d’elle. Encore et toujours.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Gaétan Alibert : « Les femmes dans le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

Gaétan Alibert : « Les femmes et le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

L’open de France de baseball féminin se jouait à Valenciennes la semaine dernière. Mais si on prolongeait le plaisir avec Gaétan Alibert ? Auteur passionné et passionnant d’une « Histoire populaire du baseball », il nous éclaire sur ce sport encore trop peu (re)connu en France, mais également sur quelques-unes de ses pionnières audacieuses. Et c’est de la balle !

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner