Ça n'engage que moi...

Agnès Fanjaud : « De l’Or en 2024 pour…les dirigeant.e.s ? »

Agnès Fanjaud
13 septembre 2017, Lima, Pérou. Sur l'écran géant du CREPS de Dijon est diffusée, en direct, la cérémonie qui va révéler le grand organisateur des Jeux 2024. S'affichent les officiels dans l'attente de la décision de la ville hôte. Joies et réjouissances à l'annonce de Paris ! Et que voit-on sur l'écran pour la photo de famille des fédérations... ?

Par Agnès Fanjaud, Présidente de Mixité et Performance

Publié le 19 mai 2021 à 16h43, mis à jour le 01 juillet 2021 à 15h43

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Oui, que voit-on derrière le président de la République, ce 13 septembre 2017, à l’annonce de Paris pays hôte des JO 2024 ? Des hommes, des hommes et encore des hommes. Voilà donc l’image qu’affichera la France, en 2024, si rien n’est fait.

30 avril 2021, en France, un article du journal Le Monde : « Les femmes toujours sous-représentées à la présidence des fédérations sportives ». Les élections fédérales sont passées : quel résultat, pour quelle honte ?! Se fonder sur les quotas, les plans, sans tenir compte de la richesse qu’est la mixité est une voie qui ne mène pas à la réussite.

Ce constat nous a conduit, en 2018, à la création de l’association Mixité et Performance qui a pour objet de promouvoir la mixité comme facteur de performance, dans tous les domaines, notamment sportif. En notre sein, nous sommes à parité parfaite, nous y veillons. Nous sommes également des experts du mouvement sportif, avec des compétences diverses issues de nos vies professionnelles.

Nous ne voulons pas de cette honte infligée et prévisible : en 2024, la France ne serait représentée que par des hommes, à l’exception de…deux femmes ? Quid de la performance ? Pourtant les statistiques, anciennes, le prouvent : une équipe qui a plus de 40 % de mixité sur-performe de 23 %. Une équipe non mixte sous-performe de 18 %… (Source : Michel Ferrary, 2010).

Nous avons donc décidé d’agir en créant un label citoyen d’application des politiques publiques : le Label Mixité et Performance. Audit-diagnostic, accompagnement, label. Tout un programme pour un concept qui se décline sous différentes versions adaptées aux entreprises, aux fédérations, clubs, ligues, en France et à l’étranger.

Ainsi, nous proposons de l’Or en 2024 pour… les dirigeant.e.s ! Les fédérations mettent la pression sur les sportifs et sportives pour qu’ils/elles ramènent des médailles. Pourquoi les dirigeant.e.s de fédérations ne se challengeraient-ils pas pour obtenir, à leur tour, une médaille bronze, argent ou or ?

Comment ? En s’appuyant sur 3 critères non négociables qui s’appuient sur la loi : lutte contre toutes les formes de violence et de discrimination, place des femmes à des postes clés, respect des valeurs de la République et des valeurs du sport.

Pas de bla-bla, de vraies actions mesurables et contrôlables, comme dans toutes les structures dignes de ce nom ! À propos de structures, la fédération de badminton se met en mouvement avec nous, la fédération de tennis également. Ça bouge !

Côté nouvelles actions et projets :  nos contributions au référentiel AFNOR sur l’intégrité du sport, à celui sur l’égalité entre les hommes et les femmes, le Label européen également avec Erasmus Sport, le projet Impact 2024 : en voilà un héritage qui serait digne de 2024 !

Bref, nos actions sont pleines de sens. Et j’en suis fière. L’association est labellisée Fondation Alice Milliat et Fondation du Sport Français, nous portons ainsi une voie d’avenir et le nom parfait : parce que c’est vrai, la Mixité conduit à la Performance !

  • Agnès Fanjaud est la Présidente de l’association Mixité et Performance
Ouverture @Dclikstudio
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Doublement médaillée – dont un sacre en or – lors des deux précédentes éditions des Jeux Paralympiques, la championne du 100 et 200 mètres va tout donner pour décrocher l’or aux Jeux paralympiques de Tokyo. Elle vient de commencer par le bronze, en décrochant la 3e place en finale du 200m. Et nous donne maintenant rendez-vous au 100m et relais 4x100m. Prêt, feu, partez, Mandy François-Élie est dans les starting-blocks.

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner