Rechercher

Le Q&A de de l'haltérophile Dora Tchakounté

Le Q&A de l'haltérophile Dora Tchakounté
Rien ne lui plaît davantage que de soulever une barre, si possible bien lestée. Dora Tchakounté est une force de la nature et fière de l'être. Notre médaillée européenne en haltérophilie s'est prêtée à notre petit jeu du Q&A.

Publié le 16 décembre 2022 à 10h26, mis à jour le 21 décembre 2022 à 9h54

Dora Tchakounté est bien installée dans le gratin de l’haltérophilie. La demoiselle de 26 ans a progressé vite et bien en l’espace de quelques saisons, pour arriver dans les meilleures. 

Ses premières médailles internationales sont récoltées lors des Championnat d’Europe 2021. Et c’est une sacrée moisson. Dans la catégorie des moins de 59kg, Dora Tchakounté obtient le bronze à l’épaulé-jeté et l’argent à l’arraché. Ses performances la propulsent sur la troisième marche du podium au général. 

©FFHM

La Française arrive aux JO de Tokyo au top de sa forme. Et même si elle finit quatrième pour un petit kilo, Dora Tchakounté a brillé. Trois records de France en une compétition : 96 kg à l’arraché, 117 à l’épaulé-jeté, ce qui donne un total de 213kg au général.

Aux Championnats d’Europe 2022, en Albanie, elle récolte la médaille d’or, sacrée avec 213 kg soulevés. Lors des Mondiaux d’haltérophilie qui suivent, en décembre 2022, elle ne tiendra pas aussi fermement la barre, se classant neuvième en réussissant 96 kg à l’arraché, 120 kg à l’épaulé-jeté et donc 216 kg au total.

Mais, la messe n’est pas dite. Pas de médaille lors de ces derniers Mondiaux, certes, mais l’haltérophile aura l’occasion de faire mieux en 2024, aux Jeux Olympiques de Paris. Le Graal ! Et l’objectif est clair : décrocher une breloque.

Dora Tchakounté le sait, y a du boulot, mais soulever des montagne, ça ne lui fait pas peur. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner