Jackie Joyner-Kersee La légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan
Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Par Sophie Danger

Publié le 10 septembre 2021 à 16h15, mis à jour le 22 septembre 2021 à 18h22

Elle est surnommée « la première dame de l’athlétisme mondial ». Pour toujours et probablement à jamais. Vingt ans environ après avoir raccroché définitivement les crampons, Jacqueline Joyner-Kersee continue de régner en solitaire sur les épreuves combinées.

Première femme à avoir franchi la barre mythique des 7 000 points en heptathlon, l’Américaine fait figure de référence absolue en la matière depuis… 1998 !

Recordwoman du monde à la longévité exceptionnelle, « Jackie » a su se construire, durant ses années de règne, un palmarès à la hauteur de son immense talent.

Quadruple championne du monde – deux fois en heptathlon, deux fois à la longueur -, triple championne olympique – deux sacres en épreuves combinées et un à la longueur -, la deuxième meilleure performeuse de tous les temps à la longueur, compte également à son actif le titre honorifique, mais non moins ultra convoité, de « plus grande athlète femme du 20e siècle » décerné par Sports Illustrated, média référence en matière de sport.

Une immense championne que rien, pour autant, ne prédestinait à briller sur les pistes du monde entier. Repérée très tôt pour ses prouesses en athlétisme, la petite Joyner ne se contente en effet pas d’exceller sur le tartan.

Loin de là. Douée pour le sport de manière générale, la gamine d’East Saint Louis impressionne également par son adresse en volley et en basket.

Un don va lui valoir, très vite, de taper dans l’œil des responsables universitaires. Alors qu’elle n’est encore qu’une lycéenne à la Lincoln High School, les propositions se multiplient. Celle de l’UCLA emportera la mise.

En 1980, son diplôme en poche, Jackie Joyner accepte une bourse en basket et quitte son Illinois natal pour rejoindre Los Angeles. C’est là, sur le campus californien qu’elle fait la connaissance de Bob Kersee. Celui qui deviendra, quelques années plus tard, son mari est assistant coach de l’équipe d’athlétisme.

Il va user de son charisme et de son bagout pour convaincre la jeune étudiante de s’intéresser, de plus près, aux épreuves combinées.

Jackie Joyner accepte. Le duo prend très vite ses marques et les résultats s’enchaînent.

En 1984, la néo-californienne décide de tenter sa chance aux Jeux Olympiques. Les meilleurs athlètes de la planète seront à Los Angeles et « JKK » ne veut pas rater le rendez-vous.

Retenue dans l’équipe américaine, Jackie Joyner-Kersee entre en scène le 3 août. Diminuée par une blessure à la cuisse contractée lors des Monde d’Helsinki (Finlande) en 83, elle est rapidement donnée perdue pour l’heptathlon.

C’était sans compter sur une force de caractère hors norme. Fermement décidée à ouvrir son compteur médailles, elle s’accroche et se hisse sur la deuxième marche du podium, à cinq points seulement de la gagnante, l’Australienne Glynis Nunn.

Un exploit qu’elle ne parviendra pas à réitérer à la longueur. Qualifiée pour la finale, Jackie Joyner-Kersee devra se satisfaire d’une cinquième place.

La revanche aura lieu deux ans plus tard. Engagée aux Goodwill Games disputés à Moscou (Russie), la vice-championne olympique surclasse la concurrence et marque l’histoire en scorant, pour la première fois, plus de 7 000 points dans les épreuves combinées.

Une performance qu’elle réitèrera le mois suivant à Houston (USA), améliorant au passage son tout nouveau record du monde de 10 points pour le porter à 7 158. Jackie Joyner, devenue dans l’intervalle Jackie Joyner-Kersee, fait désormais figure de femme à battre.

Un rang qu’elle n’aura de cesse de défendre avec acharnement.

En 1987, elle s’offre un doublé doré heptathlon-longueur aux Championnats du monde de Rome avant de récidiver, l’été d’après, aux Jeux de Séoul (Corée).

Avec un total de 7291 points, « JKK » conforte son statut de meilleure performeuse de tous les temps dans la discipline et entre, définitivement, dans la légende.

Jackie Joyner-Kersee est alors au faîte de sa carrière. En 1991, elle se présente aux Monde de Tokyo, au Japon. Sacrée à la longueur, une blessure la contraint de renoncer à l’heptathlon.

Elle reviendra plus forte aux Jeux de Barcelone l’année suivante. Sacrée championne olympique de l’heptathlon pour la deuxième fois – une performance inédite – « JKK » quitte l’Espagne, le bronze de la longueur autour du cou.

Un palmarès monstrueux auquel elle ajoutera, un ultime or mondial en heptathlon à Stuttgart en 93 et une médaille de bronze à la longueur aux Jeux d’Atlanta en 1996.

Après treize années au plus haut niveau, la reine Jackie commence à s’interroger sur son avenir. Elle renoue un temps avec le basket en intégrant l’équipe des Richmond Rage avant de finalement reprendre le cours de ses aventures athlétiques.

Elle a alors 36 ans passés et les sorties se font de plus en plus rares.

Mais Jackie Joyner-Kersee s’accroche. Femme de défis, elle tentera de se qualifier pour une ultime campagne olympique à Sydney, en Australie, en 2000.

Un échec pour Jackie Joyner-Kersee qui décidera, dans la foulée, de prendre officiellement sa retraite sportive. Vingt et un ans plus tard, rien n’a changé ou presque. Seule en tête des bilans mondiaux, « JKK » continue de tenir fermement à distance la concurrence.

Et si la Suédoise Caroline Klüft et la Belge Nafissatou Thiam ont, depuis, fait parler d’elles, multipliant les records, aucune d’entre elles n’est parvenue à faire vaciller son trône.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Running

Le running virtuel, un sport bien réel

En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Salomé Gilles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La semaine dernière, on fêtait les femmes. Et même si, sur ÀBLOCK!, le 8 mars, c’est toute l’année, on a fait fort : une ministre, deux sociologues, une arbitre, sans compter nos pratiquantes et championnes (comme l’aviatrice Salomé Gilles sur notre photo), les rencontres se sont succédé. Alors, on est aux anges, comme d’hab’. Allez, on vous partage tout !

Lire plus »
La Traversée Marthe Robert 2021

À l’eau pour Marthe Robert !

En maillot ou en combinaison, le Lac de Neuchâtel, en Suisse, accueille ce week-end des nageurs prêts à se mouiller pour rendre hommage à la pionnière Marthe Robert. Organisée par la Société de Sauvetage et de Vigilance Nautique de Neuchâtel, la première édition de la Traversée Marthe Robert se jette à l’eau. À vos lunettes et bonnets !

Lire plus »
Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Gardienne star du hockey sur gazon, la british Maddie Hinch aurait pu abandonner les terrains aussi vite qu’elle y a été célébrée. Héroïne des Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir stoppé quatre penaltys sur cinq, ouvrant la voie à la médaille d’or pour son équipe nationale, elle n’a pas su résister à la pression. Mais c’était mal connaître cette wondersportive qui a fini par se relever pour mieux remporter, cet été, la médaille de bronze aux Jeux de Tokyo. La numéro un mondial de la cage est toujours dans la place !

Lire plus »
Karen Chataîgnier : « Il y a quelque chose de sacré dans le discours d’Alice Milliat. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des épreuves éprouvantes en altitude, des femmes en selle, une humoriste engagée (Karen Chataîgnier sur notre photo), une cycliste solaire, une super-héroïne à cheval et une nouvelle Question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Attention, excès de vitesse en pagailles dans les Alpes

Attention, excès de vitesse en pagaille dans les Alpes !

Cette semaine, la saison de ski de vitesse s’ouvre avec le Championnat du monde avant de laisser la place à la Coupe du Monde puis au Speed Masters. Sensations garanties dans la station de Vars qui accueillent les meilleurs skieurs de la planète jusqu’au 26 mars. Petit récap’ des festivités sur neige.

Lire plus »
Camille Lecointre

Camille Lecointre : « En voile, j’aime jouer avec l’incertitude, les éléments qu’on ne maîtrise pas… »

Matelot de l’équipe de France olympique en 470, dériveur en duo, médaillée de bronze aux JO, championne d’Europe et médaille de bronze aux Championnats du monde 2019, désignée Marin de l’année 2019 par la fédé de voile avec sa coéquipière Aloïse Retornaz, Camille Lecointre navigue avec sagesse et précision…sur l’eau, mais aussi dans la vie. Comme le vent l’emporte.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner