Catherine Destivelle5 infos pour briller sur les sommets

Catherine Destivelle 5 infos pour briller sur les sommets
Depuis la rentrée, elle écume les festivals littéraires comme elle grimpe, avec une heureuse frénésie. Catherine Destivelle, reine française de l’alpinisme, est aussi une éditrice passionnée. Le 20 octobre, elle publiait un nouvel ouvrage sur la montagne et s’apprête à en sortir un autre sur… les Piolets d’or. Pas de hasard, elle est la première femme à avoir décroché, l’an dernier, cette prestigieuse distinction. Zoom sur une légende des sommets, solide comme un roc, qui a toujours su tracer sa voie.

Publié le 22 octobre 2021 à 9h38, mis à jour le 07 novembre 2021 à 12h47

1. Passer de la forêt parisienne aux Alpes

Originaire de la région parisienne, Catherine Destivelle s’initie à l’escalade dans la forêt de Fontainebleau. Elle est lycéenne et gravit très vite les rochers les plus difficiles. Jamais sans ses chaussons, l’ado passe ses week-ends à grimper.

À 17 ans, elle quitte la forêt pour les Alpes où elle se plaît à escalader sans relâche les plus hautes montagnes.

Celle qui suit des études de Kiné se consacre bientôt à son métier mais a toujours un piolet et des crampons à portée de sac à dos. L’escalade est pour elle plus qu’une passion, une philosophie de vie.

Dans le monde des grimpeurs, on s’amuse à la surnommer « la Roc Star ». Catherine Destivelle, devenue une bête de roches, reconnue et admirée, se laisse bientôt prendre au jeu des compétitions internationales. Pas pour longtemps, la haute montagne l’appelle.

2. Suivre des voies extrêmes

Mordue de voies d’escalade depuis sa jeunesse, Catherine Destivelle découvre la montagne et abandonne assez vite les compétitions en goûtant à ce qui, dès lors, la fera vibrer : les expéditions et ses voies extrêmes. “Je suis toujours mon instinct, en général il ne me trompe pas », dit-elle.

Catherine Destivelle délaisse les Alpes pour des contrées plus lointaines, du Mali à la Tanzanie, en passant par le Wyoming aux États-Unis. Son trip à elle ? l’expédition en solitaire et sans aide.

Au programme : l’Himalaya dont elle a grimpé les sommets les plus connus et les plus ardus : le Shishpangma (8 013m), l’Annapurna (8 091m) ou encore le Makalu s’élevant à 8 485m. Toujours plus haut et sans limite, Catherine Destivelle devient peu à peu une légende de l’alpinisme.

3. Devenir la meilleure grimpeuse du Monde

Entre 1985 et 1988, grâce à ses nombreuses ascensions, Catherine Destivelle s’impose comme la plus brillante des grimpeuses au monde.

À partir de 1990, la haute montagne la démange et elle s’offre les trois faces mythiques des Alpes, le Mont Cervin en Italie, l’Eiger en Suisse et les Grandes Jorasses dans le massif du Mont-Blanc, dans des conditions extrêmes et en solitaire. Elle est encore à ce jour la seule femme à avoir réalisé cet exploit.

Idem en juin 1999, Catherine Destivelle réussit l’ascension de la voie Brandler-Hasse en face nord de la Cima Grande dans les Dolomites, première femme à accomplir cette ascension en solo.

De records en exploits, elle bluffe les connaisseurs et acquiert sans fanfaronnades ses lettres de noblesse.

4. Recevoir le Piolet d’or Carrière

Il honore sa double vie, de grimpeuse puis d’éditrice de livres sur la montagne et l’escalade. Catherine Destivelle devenait, l’an dernier, la première femme à recevoir ce prix annuel qui vise à valoriser les ascensions alpines les plus impressionnantes.

Froid, blessures, matériels endommagés, voies difficiles, rien ne l’arrête. Les grimpeurs la respectent et la considèrent comme l’une des figures les plus emblématiques de l’alpinisme.

5. Publier des livres passionnés et passionnants

S’éloigner de la montagne ? Impossible pour celle qui l’aime tant. À 61 ans, Catherine Destivelle a peut-être délaissé les voies difficiles, mais pas sa passion dévorante pour les sommets.

Afin de la partager, elle écrit sur ses exploits mais, plus encore, devient éditrice et publie des ouvrages, guides et beaux livres, avec le même dénominateur commun : la montagne. Et la souveraine Destivelle de devenir directrice des Éditions du Mont-Blanc. Il ne pouvait en être autrement.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Ronda Rousey

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un photographe aux clichés détonants, une athlète aux rebonds imprévisibles, l’histoire des wonderwomen du MMA (dont Ronda Rousey sur notre photo) et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »
Il était une fois le MMA… féminin !

Il était une fois le MMA… féminin

Le MMA s’organise. Légalisé il y a deux ans en France, le ministère des Sports vient de confirmer son affiliation à la Fédération française de boxe. La deuxième édition des Championnats de France devrait avoir lieu à la fin de l’année et ses moyens renforcés. Une occasion en or pour cette discipline d’Arts Martiaux Mixtes de restaurer une réputation sulfureuse. Mais qui sont les premières combattantes à s’être battues pour avoir le droit d’entrer dans la cage ?

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Photo...griffe, Antoine Bréard/Carissa Moore

Antoine Bréard : « Que je photographie une sportive ou un sportif ne change rien, le sport, c’est avant tout de l’émotion. »

ÀBLOCK! lance une série consacrée aux photographes de talent, pros ou amateurs, qui ont l’œil pour mettre en lumière les femmes dans le sport. Mais pas que…car le sport n’a pas sexe, c’est en tout cas ainsi qu’Antoine Bréard voit les choses. Journaliste et photographe, il balade son objectif sur tous les terrains de sport depuis maintenant une dizaine d’années. Il partage, avec ÀBLOCK!, 5 clichés qui lui ressemblent.

Lire plus »
Les triathlètes (re)débarquent à Paris !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une course d’orientation nouvelle génération, un triathlon en capitale (celui de Paris, le retour, sur notre photo), une pro de la ride, une volleyeuse qui nous bluffe et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
La question qui tue

C’est grave si j’arrête de m’entraîner quelque temps ?  

Envie de se la couler douce en vacances, blessé ou victime d’un gros coup de mou ? Rien à faire, le sport passe à la trappe. Et tu culpabilises. Parce que, forcément, ce sera dur de reprendre, tu vas perdre ton niveau (ou du muscle), tu vas grossir… Mais, en vrai, abandonner (un peu) sa routine sportive, c’est grave ou ça passe ?

Lire plus »
Les Gorges du Verdon s'ouvrent aux Swimrunners

Les Gorges du Verdon s’ouvrent aux Swimrunners

Le 1er mai, les Gorges du Verdon accueilleront tous les Swinrunners et Swimrunneuses de France. Un événement sportif dans un cadre idyllique qui propose de courir et nager pour la bonne cause : récolter des fonds pour la recherche sur le cancer du pancréas.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur : « JO 2024 ? Une candidature valorisable au-delà du sport. »

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Maria Sharapova

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une lutteuse qui ne lâche rien, deux femmes dans une auto, un 5 infos pour briller au revers avec une championne dénommée Maria (Sharapova, notre photo), la fameuse question qui tue et une initiative qui a toutes les cordes à son arc, c’est la séance de rattrapage sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Maud Thierry

Maud Thierry – Iron(wo)man sinon rien

« Petit format, grande détermination » a-t-elle écrit sur sa bio Instagram. Pour Maud alias « Petit goûter », 26 ans, le sport, c’est un peu l’affrontement de David contre Goliath. Cette triathlète acharnée au petit gabarit a réalisé un exploit sportif envié : l’Ironman. Prenons le top départ avec une sportive généreuse et heureuse qui a fait du sport son mode de vie.

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner