Catherine Destivelle5 infos pour briller sur les sommets

Catherine Destivelle 5 infos pour briller sur les sommets
Depuis la rentrée, elle écume les festivals littéraires comme elle grimpe, avec une heureuse frénésie. Catherine Destivelle, reine française de l’alpinisme, est aussi une éditrice passionnée. Le 20 octobre, elle publiait un nouvel ouvrage sur la montagne et s’apprête à en sortir un autre sur… les Piolets d’or. Pas de hasard, elle est la première femme à avoir décroché, l’an dernier, cette prestigieuse distinction. Zoom sur une légende des sommets, solide comme un roc, qui a toujours su tracer sa voie.

Publié le 22 octobre 2021 à 9h38, mis à jour le 07 novembre 2021 à 12h47

1. Passer de la forêt parisienne aux Alpes

Originaire de la région parisienne, Catherine Destivelle s’initie à l’escalade dans la forêt de Fontainebleau. Elle est lycéenne et gravit très vite les rochers les plus difficiles. Jamais sans ses chaussons, l’ado passe ses week-ends à grimper.

À 17 ans, elle quitte la forêt pour les Alpes où elle se plaît à escalader sans relâche les plus hautes montagnes.

Celle qui suit des études de Kiné se consacre bientôt à son métier mais a toujours un piolet et des crampons à portée de sac à dos. L’escalade est pour elle plus qu’une passion, une philosophie de vie.

Dans le monde des grimpeurs, on s’amuse à la surnommer « la Roc Star ». Catherine Destivelle, devenue une bête de roches, reconnue et admirée, se laisse bientôt prendre au jeu des compétitions internationales. Pas pour longtemps, la haute montagne l’appelle.

2. Suivre des voies extrêmes

Mordue de voies d’escalade depuis sa jeunesse, Catherine Destivelle découvre la montagne et abandonne assez vite les compétitions en goûtant à ce qui, dès lors, la fera vibrer : les expéditions et ses voies extrêmes. “Je suis toujours mon instinct, en général il ne me trompe pas », dit-elle.

Catherine Destivelle délaisse les Alpes pour des contrées plus lointaines, du Mali à la Tanzanie, en passant par le Wyoming aux États-Unis. Son trip à elle ? l’expédition en solitaire et sans aide.

Au programme : l’Himalaya dont elle a grimpé les sommets les plus connus et les plus ardus : le Shishpangma (8 013m), l’Annapurna (8 091m) ou encore le Makalu s’élevant à 8 485m. Toujours plus haut et sans limite, Catherine Destivelle devient peu à peu une légende de l’alpinisme.

3. Devenir la meilleure grimpeuse du Monde

Entre 1985 et 1988, grâce à ses nombreuses ascensions, Catherine Destivelle s’impose comme la plus brillante des grimpeuses au monde.

À partir de 1990, la haute montagne la démange et elle s’offre les trois faces mythiques des Alpes, le Mont Cervin en Italie, l’Eiger en Suisse et les Grandes Jorasses dans le massif du Mont-Blanc, dans des conditions extrêmes et en solitaire. Elle est encore à ce jour la seule femme à avoir réalisé cet exploit.

Idem en juin 1999, Catherine Destivelle réussit l’ascension de la voie Brandler-Hasse en face nord de la Cima Grande dans les Dolomites, première femme à accomplir cette ascension en solo.

De records en exploits, elle bluffe les connaisseurs et acquiert sans fanfaronnades ses lettres de noblesse.

4. Recevoir le Piolet d’or Carrière

Il honore sa double vie, de grimpeuse puis d’éditrice de livres sur la montagne et l’escalade. Catherine Destivelle devenait, l’an dernier, la première femme à recevoir ce prix annuel qui vise à valoriser les ascensions alpines les plus impressionnantes.

Froid, blessures, matériels endommagés, voies difficiles, rien ne l’arrête. Les grimpeurs la respectent et la considèrent comme l’une des figures les plus emblématiques de l’alpinisme.

5. Publier des livres passionnés et passionnants

S’éloigner de la montagne ? Impossible pour celle qui l’aime tant. À 61 ans, Catherine Destivelle a peut-être délaissé les voies difficiles, mais pas sa passion dévorante pour les sommets.

Afin de la partager, elle écrit sur ses exploits mais, plus encore, devient éditrice et publie des ouvrages, guides et beaux livres, avec le même dénominateur commun : la montagne. Et la souveraine Destivelle de devenir directrice des Éditions du Mont-Blanc. Il ne pouvait en être autrement.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Caroline Garcia, la saison n'est pas finie…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un triathlon interactif, deux Ultra-Trails à couper le souffle, une tenniswoman qui est de retour au top (Caroline Garcia sur notre photo), une militaire à la force spéciale, une pionnière du ballon ovale et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. En attendant la prochaine…

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

À 28 ans, la multi-médaillée paralympique en ski alpin est auréolée d’une belle image de sportive à la fois zen et déterminée. Avant qu’elle ne s’élance pour les Jeux Paralympiques de Pékin, Marie Bochet, dernièrement double médaille d’or aux Championnats du monde de para sports en Norvège, se livre avec la fraîcheur de sa glisse désormais légendaire. Marie fonce tout schuss !

Lire plus »

JO 1928 : Lina Radke, l’athlète trop « disgracieuse » pour courir

Elle s’appelait Karoline Radke-Batschauer dite Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande qui courait comme un lièvre fut la première médaillée d’or olympique au 800m, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner