Mandy François-Élie Reine de la piste handisport

Mandy François-Élie, reine de la piste handisport
Doublement médaillée - dont un sacre en or - lors des deux précédentes éditions des Jeux Paralympiques, la championne du 100 et 200 mètres va tout donner pour décrocher l’or aux Jeux paralympiques de Tokyo. Elle vient de commencer par le bronze, en décrochant la 3e place en finale du 200m. Et nous donne maintenant rendez-vous au 100m et relais 4x100m. Prêt, feu, partez, Mandy François-Élie est dans les starting-blocks.

Par Claire Bonnot

Publié le 28 août 2021 à 18h20, mis à jour le 08 septembre 2021 à 9h44

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

La Martiniquaise Mandy François-Élie était une athlète « valide » avant son accident vasculaire cérébral. Elle était même détentrice du record de son île sur 400m. L’athlétisme était au centre de sa vie.

Mais c’est en 2008, alors qu’elle a tout juste 18 ans, que sa vie prend un nouveau tournant : elle tombe dans le coma pendant trois semaines. « AVC, coma, paralysie… Mon destin a basculé à l’âge de 18 ans. Courir est une libération » écrira-t-elle dans Le Plus de L’Obs.

Elle se réveille hémiplégique et partiellement paralysée du côté droit du corps. Mais « miraculée » comme elle l’écrit.

Si, malgré la rééducation, la jeune athlète porte encore des séquelles de cet AVC au niveau du bras, de la jambe et du pied, elle parvient à se remettre sur la piste de son sport favori grâce au handisport, conseillé par les médecins.

Celle qui a toujours été fascinée par la carrière de Marie-José Pérec travaille d’arrache-pied pour réapprendre à parler, marcher puis courir.

Un an après avoir pris sa première licence handisport, elle est repérée par l’équipe de France puis sélectionnée pour les championnats d’Europe 2012.

Là-bas, elle décroche sa qualification pour ses premiers Jeux Paralympiques qui ont lieu à Londres, la même année.

Et c’est la consécration, le sentier de la gloire : « Encore toute émerveillée de me trouver là. Sur 100m, je suis allée au-delà de mes espérances, en décrochant l’or, avec même un record d’Europe au bout. Cette victoire, je l’ai vécue comme une libération, après les années difficiles qui ont suivi mon AVC. Comme une récompense aussi pour les efforts consentis. Voire comme un miracle… », exprime-t-elle dans L’Obs.

À partir de cette médaille d’or olympique, sa carrière devient fulgurante…

Elle est notamment sacrée Championne sur 100 mètres et sur 200 mètres aux Championnats du monde de para athlétisme en 2013, médaille d’or sur 100 mètres aux Championnats d’Europe 2014, médaille d’argent sur 100 mètres aux Jeux Paralympiques de Rio 2016, médaille d’or sur 100 et 200 mètres aux Championnats d’Europe en 2018 puis médaille de bronze sur 100 mètres puis médaille d’argent sur 200 mètres aux Championnats du Monde 2019.

Cette année, en juin 2021, elle a décroché 3 médailles en 3 jours lors des championnats d’Europe d’athlétisme handisport : deux en or avec un doublé 100 et 200m et une médaille en bronze au relais universel sous les couleurs de l’équipe de France.

Véritable reine de la piste, elle a conservé son titre de championne de France sur 100m aux Championnats handisport d’athlétisme en 2021.

À 31 ans, elle se lance sur la piste de ses troisièmes Jeux Paralympiques visant la première marche du podium dans 3 épreuves, en catégorie T37 à savoir déficiences d’origine cérébrale, sauf pour le relais universel : le 200m pour lequel elle vient finalement de décrocher le bronze et le 100m (à partir du 1er septembre) puis le relais universel (le 3 septembre).

Son mental ? D’acier et de résilience. Le sport est une passion qui l’a aidée à se reconstruire et à se dépasser. Sa devise ? « Never give up ».

Mandy François-Élie a pour ambition de s’offrir un sprint d’anthologie lors de ces Jeux Paralympiques… Let’s go girl !

  • Mandy François-Élie est arrivée 4e de la finale du 100m (13.51) dans la catégorie T37 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »
Marie Patouillet la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Marie Patouillet, la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Devenir sportive de haut niveau était son rêve d’enfant. Mais Marie Patouillet est née avec des malformations au pied et à la cheville. Son envie de sport la distance : elle n’y croit plus… Pourtant, en 2017, le vélo lui offre une percée fantastique dans le monde du sport de haut niveau. Une lancée dans le cyclisme fulgurante : vice-championne du monde en 2020 et double championne de France de paracyclisme dans sa catégorie. Portrait d’une fille qui tient la piste.

Lire plus »
Amy Bond

Amy Bond, la Pole danseuse qui voulait se réconcilier avec son corps

Elle est l’une des « putains » d’héroïnes à avoir trouvé dans la barre de Pole Dance un exutoire, un réconfort, puis, une deuxième vie. Nous l’avons découverte dans le docu de Netflix « Pole Dance, Haut les corps ! ». Impossible, depuis, de la quitter des yeux ! Amy Bond s’envole, sens dessus-dessous, vertigineuse. Portrait d’une fille qui balance son corps comme elle se jetterait du haut d’une falaise.

Lire plus »

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »
K-Méléon

K-Méléon

Très jeune, K-Méléon développe une sensibilité aigüe pour la musique tous styles confondus. Ses premières influences

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Deux filles on the rocks, sinon rien. Margot Boch, la pilote, et sa partenaire de glisse Carla Sénéchal, la pousseuse, forme le premier binôme de bobsleigh féminin depuis dix ans. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme « Les sœurs jumelles » dans cet univers de glace qui, pourtant, leur réchauffe le cœur. Rencontre avec des filles pas si givrées que ça et qui s’entraînent dur pour prendre le bon virage aux JO d’hiver 2022.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner