Rugby : Pourquoi on joue toujours en rose ? Le dessous des pelouses (Épisode 6)

rugby femme
Alexandra, Delphine et Marion sont en Fédérale 1, la 3e division du championnat de France. Le rugby est pour elle davantage qu'une passion, c'est un art de vivre, des moments de partage enrichissants et joyeux. Même en temps de confinement, elles poursuivent leur podcast, mettant en boite leurs dernières émotions sur le terrain. On les écoute ?

Publié le 23 avril 2020 à 10h10, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h34

Un liseré rose, un talon sur un trophée de rugby, des logos sexualisés, des calendriers de joueuses en sous-vêtements en dentelles…

C’est comme si parce qu’on joue à un sport estampillé « garçons », on nous rappelait toujours ce que c’est d’être une « vraie fille ».

Mais qui a décidé que les sportives devaient être ultra-féminisées ?

« Si t’as envie de te maquiller, tu te maquilles, si tu  ne veux pas, tu ne le fais pas, on s’en fiche, chacune fait ce qu’elle veut. Personne ne doit te juger parce que tu sors des vestiaires et que tu ne t’es pas lavée les cheveux ! »

Retour sur un match de décembre dernier, en coulisses et avec en petite musique de fond ces interrogations toujours présentes sur la place de la femme dans le sport et particulièrement dans un sport dit « de mec ». 

D’un côté, pourquoi ne pas rester féminine et de l’autre faut-il absolument sexualiser le rugby ? 

Erotiser les sportives, c’est confirmer l’idée qu’il n’y a qu’une seule façon d’être une femme. Rien de plus faux. 

Témoignages de rugbywomen qui battent en brèche les idées reçues, les visions réductrices de la femme.  

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi dans l’idée que quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi avec l’idée que, quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

À Pékin, en février, elle décrochait une deuxième médaille olympique, l’argent, huit ans après le bronze qu’elle raflait, à 19 ans, à Sotchi. Dans le podcast « Extraterrien », signé Barthélémy Fendt, la snowboardeuse Chloé Trespeuch slalome entre des sujets aussi divers que son goût du défi et de l’adrénaline, sa sensibilité écologique, son régime végétarien ou encore sa préparation mentale. Conversation sans chichi avec une championne.

Écoutez »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Écoutez »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Écoutez »
Football

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Capucine : « Être entre filles nous permet d’oser nous lancer. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière de la planche, une fille de la glisse qui n’a peur de rien (Capucine avec ses copines les Shreddeuses sur notre photo), un récap’ de l’Euro de hand, une runneuse toujours ÀBLOCK! (même en diagonale) ou une Question qui tue spécial insomniaques… C’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Euro féminin de handball 2022 Le récap'

Euro féminin de handball 2022, le récap’

Désillusion pour l’équipe de France. Pourtant en très grande forme lors des premiers matchs de cet Euro, les Bleues chutent par deux fois pour conclure la compétition. Pas de médaille et beaucoup de regrets, le bilan est dur malgré tout le talent du groupe tricolore. Le point sur la compet’.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner