Rugby : Pourquoi on joue toujours en rose ? Le dessous des pelouses (Épisode 6)

rugby femme
Alexandra, Delphine et Marion sont en Fédérale 1, la 3e division du championnat de France. Le rugby est pour elle davantage qu'une passion, c'est un art de vivre, des moments de partage enrichissants et joyeux. Même en temps de confinement, elles poursuivent leur podcast, mettant en boite leurs dernières émotions sur le terrain. On les écoute ?

Publié le 23 avril 2020 à 10h10, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h34

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Un liseré rose, un talon sur un trophée de rugby, des logos sexualisés, des calendriers de joueuses en sous-vêtements en dentelles…

C’est comme si parce qu’on joue à un sport estampillé « garçons », on nous rappelait toujours ce que c’est d’être une « vraie fille ».

Mais qui a décidé que les sportives devaient être ultra-féminisées ?

« Si t’as envie de te maquiller, tu te maquilles, si tu  ne veux pas, tu ne le fais pas, on s’en fiche, chacune fait ce qu’elle veut. Personne ne doit te juger parce que tu sors des vestiaires et que tu ne t’es pas lavée les cheveux ! »

Retour sur un match de décembre dernier, en coulisses et avec en petite musique de fond ces interrogations toujours présentes sur la place de la femme dans le sport et particulièrement dans un sport dit « de mec ». 

D’un côté, pourquoi ne pas rester féminine et de l’autre faut-il absolument sexualiser le rugby ? 

Erotiser les sportives, c’est confirmer l’idée qu’il n’y a qu’une seule façon d’être une femme. Rien de plus faux. 

Témoignages de rugbywomen qui battent en brèche les idées reçues, les visions réductrices de la femme.  

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi écouter…

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
Laura Valette, Laura Valette, en piste, hurdleuse !

Laura Valette : en piste, hurdleuse !

Ce 31 juillet, la blonde hurdleuse au regard clair et au sourire franc s’élancera sur le 100m haies dans l’objectif de se qualifier pour les demi-finales des JO de Tokyo. Championne olympique de la jeunesse en 2015 et multi médaillée dans les compétitions nationales et internationales, Laura Valette la fonceuse veut vivre son rêve olympique à fond.

Lire plus »
Sam Davies

Samantha Davies : « Pour moi, en voile, le plaisir l’emporte toujours sur la souffrance. »

Elle est Anglaise de naissance, Bretonne d’adoption. À 46 ans, Samantha Davies a déjà roulé sa bosse sur tous les océans de la planète. Contrainte à l’abandon lors du dernier Vendée Globe après que son bateau, Initiatives-Cœur, ait heurté un ofni, la jeune louve de mer n’a qu’une idée en tête : repartir à l’assaut de ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Rencontre avec une fille qui sait garder le cap en toutes circonstances.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner