Ça n'engage que moi...

Jérôme Decourcelles : Y a-t-il un sponsor dans la salle ?

Jérôme Decourcelles
Elles cherchent toutes un sponsor pour partir à la quête d’une médaille olympique. Elles, ce sont nos jeunes championnes, la nouvelle génération de filles ÀBLOCK! mais aussi celles qui, aujourd'hui sont en sursis faute de moyens...

Par Jérôme Decourcelles, journaliste et animateur radio*

Publié le 05 février 2021 à 11h23, mis à jour le 19 mars 2021 à 15h17

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles s’appellent Héloïse Pégourié, championne de France U20 de kite foil, Tifany Huot-Marchand, médaillée en short-track, Maïlys Piazzalunga, sélectionnée aux derniers championnats de France d’escalade ; hier, la nageuse Margaux Fabre, bientôt, la nageuse Assia Touati, toutes deux championnes d’Europe du 4X100 NL entre autres. Elles cherchent toutes, et elles ne sont pas les seules, un sponsor pour partir à la quête d’une médaille olympique.

Alors que se prépare l’événement planétaire des Jeux Olympiques de Paris 2024, le futur du sport français est en souffrance. Le CNOSF a écrit une lettre ouverte au président de la République. On vous en parlait la semaine dernière.

Si nos fédérations, nos séniors, nos vétérans défendent le sport en France, nos jeunes, sportifs et sportives, continuent à se dépenser sans compter pour arriver sur les plus hautes marches des podiums. Des heures durant, ils et elles ne comptent ni la sueur, ni la douleur pour arriver à faire briller le drapeau tricolore au plus haut et faire résonner la Marseillaise à tous les coins de rue.

Maïlys Piazzalunga…©DR

Les clubs amateurs n’ont pas les finances pour les aider. Des familles se mettent en péril pour faire en sorte que leurs enfants sportifs voient, un jour, la plus belle des médailles briller autour de leur cou et faire résonner leur hymne préféré. Je dis bien, des familles entières se mettent en péril aujourd’hui.

De grandes championnes ont vu ou voient encore leurs parents s’endetter, jusqu’à hypothéquer leur maison parce qu’ils croient en la réussite de leurs enfants. Un exemple ? la grande Perrine Laffont. Et si elle avait renoncé ?

La recherche de sponsors est difficile. Si on est un jeune garçon, ce n’est déjà pas simple, si on est une jeune fille, ça devient compliqué. Que dire des sportives en situation de handicap ? Je citerai la grande Katell Alençon : « Là, j’accumule ! ».

Prenons un exemple : Héloïse Pégourié, qui aimeraient continuer son sport et préparer les JO. Héloïse truste les premières places chez les juniors en kitesurf, l’un des sports les plus en vogue aujourd’hui. Elle est championne de France en Kite Foil chez les moins de 20 ans. Elle en a tout juste 16. Elle pourrait réussir. Comme on dit, elle a la niaque !

Héloïse Pégourié…©DR

Malheureusement, les sponsors manquent. Pourquoi les entreprises ne feraient-elles pas confiance à nos championnes ? Tous les sports ne sont pas médiatisés de la même façon.

Et pourtant, nos plus belles médailles sont dans les sports dits mineurs : le ski de bosse, l’escrime, le hockey subaquatique (où la France correspond aux All Blacks pour le rugby à XV), la boxe, la natation, le handball, le trail, le triathlon, le baseball (championne d’Europe), le judo, et bien d’autres encore, très nombreux.

À titre de comparaison, en football olympique, le dernier podium date de 1984, au même titre que Roland-Garros en 1983 pour les hommes, la F1 avec Alain Prost, notre dernier champion du monde, ou encore le Tour de France avec Bernard Hinault.

Tifany Huot-Marchand…©DR

Faites que nos champions et championnes voient un jour arriver nos jeunes pour leur succéder sur les plus hautes marches en les sponsorisant.

C’est important d’aider notre jeunesse à réussir, parce que si la jeunesse du sport français n’a pas d’avenir, alors le sport français, lui-même, n’en aura pas non plus et les Jeux Olympiques de Paris 2024 ne seront que peau de chagrin. Ne gâchons pas la fête, aidons-les !

Merci pour eux, merci pour elles. Il serait vraiment dommage qu’une future étoile du sport, quelle qu’elle soit, disparaisse.

La victoire se fait ensemble.

 

*Jerôme Decourcelles est journaliste et animateur radio, il sévit notamment au micro de l’émission « Sports en vrai », chaque mercredi de 19h à 19h50 sur Radio VRAI (vraiplus.tv) et est le rédacteur en chef de la rédaction du média VRAI.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Renelle Lamotte

Rénelle Lamote, l’athlète qui fond sur Tokyo pour oublier Rio

Il y a cinq ans, au Brésil, Rénelle Lamote voyait ses ambitions olympiques réduites à néant dès les séries. Après une lente et douloureuse reconstruction, la demi-fondeuse francilienne est parvenue à renouer avec son meilleur niveau. À quelques jours de son entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, la double vice-championne d’Europe du 800 mètres veut rivaliser avec le gratin mondial.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Althea Gibson

Althea Gibson, la première icône noire du tennis si vite oubliée

À l’heure où Wimbledon se termine, l’occasion est toute trouvée de rendre hommage à une figure du circuit qui a, à elle seule, révolutionné le monde du tennis. Douze ans avant son compatriote Arthur Ashe, Althea Gibson est la première athlète noire à s’être imposée en Grand Chelem. L’Américaine, victorieuse de Roland-Garros en 1956 a ajouté à son impressionnant palmarès deux victoires, en simple, à Wimbledon et à l’US Open. Avant de sombrer dans l’oubli.

Lire plus »
Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Le week-end prochain, ça va faire du bruit au circuit Paul Ricard ! Le Bol d’Or reprend la route au Castellet après plus d’un an de restrictions. Sur des dizaines de gars, vous pourrez compter les motardes sur les doigts d’une main. Alors, on les suit plutôt deux fois qu’une !

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si « fit » que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner