Rechercher

Il était une fois l’escrime… féminine

Il était une fois l’escrime… féminine/Ysaora Thibus
C’est une arme de guerre devenue sport. Masculine, elle a été rondement empoignée par des gladiatrices avant de l’être par des championnes aux JO. ÀBLOCK ! vous raconte l’histoire d’une discipline dans laquelle les femmes, elles aussi, sont de fines lames.

Par Clotilde Boudet

Publié le 03 août 2023 à 15h04

Les humains manient l’épée depuis des millénaires. D’ailleurs, le plus ancien témoignage d’une pratique de l’escrime remonte à 1190 avant Jésus-Christ ! Selon les spécialistes, l’escrime se popularise à la Belle Époque, devenant ainsi un véritable sport.

L’école française d’escrime a, quant à elle, été créée dès 1567 par Charles IX. Inspirée du style d’escrime italien, la pratique française s’est codifiée au XVIIe siècle et est devenue la norme au XVIIIe, avec l’invention du fleuret comme arme d’entraînement.

La pratique des femmes ? Pas vraiment une norme à cette époque… mais une réalité quand même. L’histoire n’a pas toujours, comme on pourrait le croire, empêché les femmes de prendre les armes. Par exemple, à l’inverse des Amazones de la mythologie grecque, les gladiatrices ne sont pas un mythe ! Sous le règne d’Auguste, elles combattaient régulièrement dans les cirques.

Sans surprise, quelques décennies plus tard, la gladiature féminine fut interdite par un homme, l’empereur Septime Sévère. Rien qui ne suffise à détourner les femmes de leur lame, évidemment. Bien que la science des armes soit (encore aujourd’hui) l’apanage des hommes, elles sont nombreuses, au cours de l’histoire, à s’être démarquées à coups d’épée.

Marie de Pouzzole au XIVe siècle, Julie d’Aubigny dite Mademoiselle de Maupin au XVIIe siècle… Hé oui, les duels se sont aussi pratiqués en jupons ! Jupons que l’on retrouve d’ailleurs portées par une escrimeuse sur l’un des posters édités à l’occasion des Jeux olympiques de Paris de 1900. Étonnant, puisqu’il faut attendre ceux de 1924 pour assister aux premières épreuves féminines de fleuret.

Julie d’Aubigny dite Mademoiselle de Maupin …©Wikipedia Commons

Ces épreuves féminines ont lieu au stade Yves du Manoir à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, et c’est là que l’escrimeuse danoise Ellen Osiier a été sacrée première championne olympique d’escrime au fleuret. Les épreuves d’épées féminines apparaissent en 1996 et celles de sabre en 2004… seulement !

On se souvient de Laura Flessel, première médaillée olympique d’épée féminine en 1996. Cette athlète a marché dans les traces d’une autre pionnière de l’escrime, Brigitte Benon. Huit ans plus tôt, à Orléans, elle est devenue la première championne du monde d’épée de l’histoire.

Ellen Osiier (2e en partant de la gauche)… ©Wikipedia Commons

Dire que l’escrime fut retirée de l’éducation féminine au début du XIXe siècle pour des questions « morales » ! Heureusement, la pratique est alors très populaire et une certaine Teresa Castellanos de Mesa va prouver qu’une femme peut tout à fait être une fine lame.

Les prouesses de cette escrimeuse espagnole vont aller jusqu’à impressionner le roi Louis Philippe Ier, rien que ça ! Elle ouvrira sa propre école d’escrime à Paris, en 1840, inspirant ainsi de nombreuses jeunes filles.

Teresa Castellanos de Mesa (à droite).

Cent quatre-vingt-deux ans plus tard, en 2022, on continue de promouvoir l’escrime féminine. Dans le cadre du plan de féminisation du sport lancé par le gouvernement, la Fédération Française d’Escrime (FFE) a créé la campagne « Mesdames, en garde ! », avec la diffusion de portraits de femmes influentes.

L’arbitre internationale Ella Kiavue, la maître d’arme Alice Chatton ou encore la championne olympique Charlotte Lembach, toutes ont le même objectif : que les hommes et les femmes soient enfin à armes égales.

Ouverture Ysaora Thibus ©FFEscrime

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie »

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie. »

Quatre médailles d’argent européennes, une médaille de bronze aux récents Jeux de Tokyo… En huit saisons, Valérie Garnier a fait de la France une place forte du basket féminin. Aujourd’hui, si elle quitte son poste d’entraîneur de l’équipe tricolore, elle n’a pas dit son dernier mot. Rencontre avec une enfant de la balle qui n’a plus rien à prouver.

Lire plus »
Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Hashimoto Seiko, l’olympisme et l’égalité à cœur et à cris

Couronnée du Trophée mondial « Femme et Sport » 2021 par le CIO, Hashimoto Seiko, présidente du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et septuple olympienne dans deux disciplines différentes, est plus que jamais une femme ÀBLOCK! Portrait d’une influente au royaume du sport mondial qui a l’olympisme et ses valeurs dans la peau.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner