Macicilia : « Mon plaisir, c’est quand je monte sur le ring. »

Premier Crochet
Elle est la nouvelle invitée de « Premier Crochet », ce podcast qui nous entraîne dans les salles de boxe, à la rencontre d’inspirantes combattantes. Macicilia se raconte au micro sans prendre de gants. Un témoignage fort et percutant.

Par Valérie Domain

Publié le 06 novembre 2020 à 10h47, mis à jour le 20 septembre 2021 à 15h16

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Pour Macicilia, boxer est un plaisir et ça doit le rester ! Elle ne veut plus de cette pression éreintante des préparations qui laisse un goût amer. Maintenant, elle accepte les jours où elle n’a pas envie d’aller boxer et quand elle monte sur le ring, elle sait pourquoi elle est là, peu importe le jeune âge de ses adversaires, elle ne sourcille pas : c’est sur le ring que ça se jouera.

Dans la vie ou sur le ring, Macicilia se sent en phase avec elle-même et est fière d’avoir cru en ses choix. Aujourd’hui, elle se sent libre de faire le sport qu’elle veut.

« J’étais prise entre la culture française et la culture musulmane, j’étais incomprise chez moi, il y avait énormément de frustration. J’ai vécu longtemps dans une cité avec énormément de non-dits, j’enviais la vie des autres. Et c’est pas bon. J’étais devenu violente, je me bagarrais pour rien. J’ai alors essayé le kick-boxing puis j’y suis allée tout le temps, j’en avais besoin pour acquérir une stabilité : à la boxe, je déversais tout sans avoir besoin de parler donc ça m’allait très bien. Mais, aujourd’hui, j’ai cette envie de communiquer et de mettre des mots sur mes émotions. »

Premier Crochet

« J’ai aussi fait du MMA, mais c’était pas pour moi, ou alors, j’y suis allée trop vite, je n’étais pas préparée à entrer dans une cage. Enfin, j’ai commencé la boxe thaï, c’était dur au début, l’entrainement est très rigoureux. Mon coach technique qui est mon conjoint était très exigeant. Je le prenais comme un manque de confiance de sa part, ça me peinait. En fait, il avait peur pour moi. C’est sa façon d’exprimer son amour à mon égard, mais je ne le comprenais pas au début. Aujourd’hui, j’ai compris et quand je sens que je suis à bout, je lui dis stop. »

Nous, on dit : « encore ». Écoutons Macicilia nous raconter sa vie sur et hors du ring.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Écoutez »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Écoutez »

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Elle est une des favorites incontestables de l’Open de Melbourne qui s’ouvre ce lundi en Australie. Ashleigh Barty n’a pas connu que des succès sur les courts, mais a toujours su rebondir. Celle qui trace sa route sans esbroufe est l’une des joueuses les plus talentueuses du moment. Portrait d’une drôle de fille devenue N°1 mondiale.

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner